Hello les citrons !

Deux posts en une semaine c’est Byzance ! En même temps , j’ai tellement de choses à vous raconter ! J’ai l’impression que le temps s’étire et alors que les semaines raccourcissent, c’est assez dingue. Mais je savais que cela serait comme ça depuis quelques mois, que la rentrée avec Monoprix cela allait être la folie ( j’avoue que je ne m’attendais pas à un tourbillon aussi fou) ! Vous savez quoi ? Je ne lutte plus… Je glisse, je le savais en même temps… Bon toujours est-il que je suis venue aujourd’hui vous raconter un joli projet ! Le genre de projet qui se passe sans encombres, le genre de projet pour l’amour aussi, et puis quand il y a de l’amour ça se passe toujours bien, en général…

Il y a quelques mois, Patricia Wagner, la directrice de la publication chez Mode et Travaux m’a contactée pour m’interviewer dans le numéro du mois de Mai et le courant est très vite passé entre nous. Entre matcha latte au café Peonies et ping pong verbal, nous nous sommes mises à brainstormer sur l’idée carrément dingue d’imaginer un hors série spécial Wear Lemonade, mais pas que…

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas l’histoire de ce magazine qui fêtera ses 100 ans très bientôt, il s’agit de l’un des magazines les plus lus en France… En 1919, bien avant que le prêt à porter, que les géants suédois et espagnol fassent exploser nos armoires de vêtements, on fabriquait soi-même ses habits. Alors pour les plus jeunes, ça peut vous paraître dingue mais bien avant la télé, internet et les réseaux sociaux, on avait du temps pour activer ses 10 doigts, et la patience d’apprendre des nouveaux skills ! Bref… Mode et Travaux c’est une institution, un monument !

“Autrefois” pour faire ses vêtements, en plus d’aller dans la petite mercerie du quartier trouver des patrons de couture, ou de visiter une amie couturière ou le tailleur du coin, on pouvait acheter le Mode et Travaux ! Dans ce magazine illustré pendant des décennies de silhouettes stylisées sublimes, on pouvait choisir les modèles qu’on avait envie de porter en renvoyer un bulletin avec de l’argent et ainsi on pouvait recevoir chez soi le modèle 24 de la page 48 et la robe 78 de la page 92,  afin de le coudre ou le tricoter ! Vous vous rendez compte de la quantité de modélistes nécessaires pour faire tourner ce magazine ? Je trouve ça génial ! Et à chaque numéro, la couverture était consacrée à un grand couturier qui offrait à l’intérieur du magazine le patron du vêtement en une ! Un vêtement à faire soi-même ou à acheter tout prêt !

En m’intéressant de plus près à ce mensuel, je me suis dit que je l’avais mal jugé, je me souviens avoir dit qu’en créeant Wear Lemonade je voulais dépoussiérer les patrons Burda et Mode &Travaux… Aurais-je parler trop vite ? Car quand j’ai rencontré Patricia, j’ai été hystérique à l’idée de faire un Hors Série avec eux, où l’on viendrait mêler nos patrons aux archives sélectionnées dans l’immense bibliothèque de Mode et Travaux !

Vous le savez pour Wear Lemonade, je suis très inspirée par les coupes des années 50, 60 et parfois même 70. Et ce n’est pas Laure la modéliste et styliste de Wear Lemonade qui me contredira car si vous saviez comme elle est une amoureuse du rétro… C’est donc avec Laure qu’au mois de Mai nous sommes allées dans les bureaux de Mode et Travaux à la recherche de modèles à remettre au goût du jour dans les archives abyssales du magazine ! J’avoue qu’on était comme des deux gosses dans un magasin de bonbons !” Et ça ! Et ça ! Et cette robe ! Et cette jupe ! Et ça cette robe ! On a déja trop de robes, oui mais elle est trop belle”. Je pense que vous pouvez imaginer sans mal la scène… On a donc sélectionné 4 patrons de chez Mode & Travaux issus de magazines des années 1950, 1951, et 1952 : il s’agit d’un manteau, une robe chemise, un top et une jupe ( dingue!) et nous avons agrémenté ce numéro de 8 autres patrons à nous !

Et puis, pour faire ce numéro ensemble, la condition était que je puisse choisir les tissus, la mannequin, la photographe, la coiffeuse et la maquilleuse, que je puisse mettre mon grain de sel sur la maquette et ça a été super ! Au début j’imaginais partir sur un revivial rétro à fond et puis en faite, je me suis dit que c’était une exposition géniale pour nous et qu’il fallait que notre ADN transpire de ce numéro ! Alors je suis partie à la recherche des tissus les plus colorés et pops que j’ai pu croiser au marché Saint Pierre et c’était parti ! Puis il a fallu choisir une mannequin… Et bien vous savez quoi, je me suis dit que c’était bien nous enfermer dans quelque chose qui ne ressemble pas, nous qui célébrons les femmes de la vraie vie, alors j’ai proposé l’idée de faire poser toutes les filles du studio ! Et par chance ou par confiance, je ne sais pas, Patricia a accepté, et puis j’en ai parlé au studio, je m’étais peut être un peu avancée en ne leur demandant pas leur avis avant mais je me disais bien que cela pourrait leur plaire et nous faire un super souvenir !

Alors ma team de feu ! Merci Laure, Philippine, Maria, Charlotte, Maya, Cécile, Anaëlle pour leur envie et d’avoir joué le jeu le temps d’une journée de mois du Juillet par 50°C… Merci à François pour ses petites mains ! Et Merci à Simoné pour la vidéo qui va suivre ! Merci à Laurence Revol de nous rendre toujours canons et Merci à Laurence Maestrello et Amélie Gallon pour nous avoir repoudré le nez et dompté nos mèches rebelles toute cette journée !

J’espère que cela vous aura plu, vous pouvez trouver ce hors série dans les kiosques à journaux ou sur notre site où nous en avons une petite quantité à vendre, à 8,90 euros ! A très vite !