inspiration / 22.11.2017

Bonjour à tous,

Alors voici la première partie de ce « home tour » où je vais vous montrer mon entrée, ma chambre et ma cuisine pour commencer! C’est énorme pour moi de vous montrer autant mon intimité… J’avais besoin de garder cet espace pour moi mais bientôt, des photos vont sortir sur des sites de décoration (il y a dejà un article très chouette sur Inside Closet et mon interview déco sur Milk Décoration) donc, je voulais avoir la primeur de partager avec vous mes images. Vous allez voir cela est certes très lisse, mais transposez ces images dans votre imaginaire et ajoutez des piles de vêtements. On peut voir partout dans l’appartement comme des carottes glaciaires de vêtements, l’emplacement où je me déshabille chaque soir, des totems vestimentaires pour chaque jour de la semaine. Je pense que vous avez déjà assez à faire avec votre propre bazar, je me suis donc permise de ranger, pour vous accueillir chez moi, un peu comme on reçoit des amis. Je ferai un second post où je vous montrerai les trésors de mon salon qui est un gros morceau. Donc welcome dans mon home tour 1/2 !

La Maison. Chez moi. Au bout de ces 4 quatre étages, cet appartement que j’ai adoré au premier pas dedans. J’ai toujours dit que je n’étais pas attaché aux lieux mais en vieillissant (et oui coucou la trentaine dans 6 mois 29 jours et 17h…), donc en grandissant dirons-nous, je comprends l’importance d’avoir un chez soi et de s’y sentir bien, d’en prendre soin. Ce que j’ai aimé en ouvrant la première fois la porte de cet appart, c’est la lumière.

N’hésitez pas à cliquer sur les flèches pour voir les autres images !

Dans mon ancien appart j’étais toujours dans ma chambre, dans mon lit, près de la fenêtre. J’ai d’abord cru que je faisais une petite dépression à passer mes weekends au fond de mon lit mais pas du tout ! Telle une plante verte, je cherchais la lumière et la chambre était le coin le plus lumineux de l’appartement ! Lors de mes recherches, je savais pour moi l’importance de la lumière; De plus j’ai aménagé dans cet appartement après avoir intégré le lemonade studio qui est sans doute le lieu où l’on stocke la moitié de la lumière du 10e arrondissement. Donc, je savais que pour mon nid, je voulais de la lumière ! Et c’est chose faite depuis que je suis ici je passe mon temps dans le salon( article à venir) assise en tailleur sur le tapis devant les fenêtres ! CQFD, comme dans une chanson de Ben Harper, je ne suis heureuse qu’au soleil…

Et puis cet appart, c’est différent. Je l’ai chassé pendant plus de 9 mois et puis finalement ça a été tout de suite l’évidence. Et comme je grandis, ou je vieillis je ne sais plus, j’ai voulu prendre mon temps pour l’aménagement. Vous me connaissez, je suis une sur-impatiente ! Il faut que tout aille vite, rien de me rend plus heureuse que de déballer les cartons de déménagement quand les déménageurs (les copains)  sont encore dans les escaliers à porter d’autres cartons. Dès que j’emménage quelque part, j’aime dans la foulée faire le décor pour que le lieu me ressemble et que je m’y sente bien. Mais cette fois-ci, j’ai voulu prendre mon temps… Ne rien faire dans la précipitation et attendre que le lieu m’inspire.

Dans ma chambre, je voulais des couleurs douces, et je ne sais pas pourquoi cela m’a fait penser à une chambre d’aventurière toujours en vadrouille Alors j’ai posé mes globes Taride d’amour sur ma cheminée offerts par ma soeur, j’ai éliminé le dressing de ma chambre pour le mettre dans le placard de l’entrée et faire de cette pièce un peu comme une chambre d’hôtel. La tête de Lit Habitat y est pour beaucoup et j’ai ajouté la semaine dernière du papier peint Paper Mint trop magnifique de mon amie Alexandra B. Le chevet est une table UO qui date de 4 ans mais la bonne nouvelle c’est que j’ai vu les mêmes chez Fleux je l’ai vu à la boutique mais pas sur le site mais j’ai trouvé ça en préparant l’article (ça irait bien non ?) ! Pour le reste des meubles il y a la commode Maisons de Monde qui me suit depuis un bout de temps et le petit secrétaire déniché chez Emmaus. Et en décor vous pouvez reconnaitre mon lustre DIY à 2000 perles en bois, ainsi que ma petite collection de miroir en rotin.

J’ai donc fait les choses petit à petit, j’ai tout changé de place mille fois, regardé l’espace la tête en bas, je me suis m’accroupie dans tous les coins et je crois que c’est bien. J’aime quand ma famille et mes amis me disent qu’ils se sentent bien chez moi.

J’adorerais recevoir plus mais avec le studio c’est un peu compliqué de partir plus tôt pour tout préparer. Cependant j’ai l’impression de faire de plus en plus de choses ici donc voilà je pense que je trouve une sorte d’équilibre en ce moment, et je pense que de me sentir bien chez moi y aide grandement. Deviendrais-je adulte ?

Je vous racontais que j’étais une grande bordélique au bureau, que c’était pathologique. Mais chez moi, mis à part les vêtements qui poussent comme de la végétation chaque jour de la semaine, j’arrive à garder un environnement paisible et « organisé »  presque comme sur ces photos. Vous allez rire : c’est grâce au livre de Marie Kondo, « La magie du rangement » ce best seller que j’ai lu il y a plus de 2 ans maintenant. Mais j’y pense souvent et ce que j’ai gardé de ce livre, c’est qu’il faut s’entourer d’objets qui nous sont chers, que l’on aime vraiment et qu’il faut choisir à chaque chose une place, et ainsi facilement chaque objet peut retrouver la sienne et l’appartement est rangé. C’est très très basique mais souvent j’entassais des choses sans vraiment savoir pourquoi je les avais,  ni comment elles avaient atterri là.

Un bon indicateur pour moi pour savoir si mon petit problème d’accumulation revient est de pouvoir voir que sous mes meubles il y a encore de l’espace disponible… Je n’ai pas appliqué chacun des préceptes de la méthode Kondo, beaucoup trop radicale pour moi mais je garde des petites astuces deux ans plus tard…

Et pour la cuisine, lors de l’aménagement, j’ai acheté des meubles de base Ikea, et j’avais demandé à mes copains des The French Vikings de réaliser un plan de travail en béton bleu, un peu comme un marbre fou, un hybride de terrazo ! C’était donc ce bleu le point de départ de la cuisine. Mais je ne suis pas une fan des monochromes mais plutôt des color blocks, alors j’ai voulu tenter l’audacieuse association du jaune et du bleu.

Et puis je voulais un peu d’intimité parce qu’il y a un grand vis-à-vis avec mes voisins du fond de la cour et que mes petits déjeuners en slip étaient collectifs avec la communauté sans que cela soit vraiment planifié ni pour eux, ni pour moi. J’ai donc cousu des petits rideaux en lin jaune, et j’ai mis des plantes en plastique tombantes pour habiller la fenêtre, l’illusion est parfaite et je suis sure que mes voisins hallucinent de voir que j’ai une végétation luxuriante toute l’année… Vous avez nombreuse à me demander où j’avais trouvé mes plateaux lune sur ce site Fine Little Day et mon tableau noir et mon étagère chez Hema ! Si vous avez la moindre question sur la provenance des objets n’hésitez pas à me demander j’essayerai d’y répondre au mieux dans les commentaires ! Je vous embrasse ! 

Lire la suite
COMMENT COUDRE UNE ROBE DARIA ?

LE PATRON

LE PATRON Wanted !

LE TISSUS

LE TISSUS Wanted !
inspiration / 27.10.2017

Nouvelle histoire, nouveau chapitre, nouvelle collection. Si je vous dis que c’est la plus belle, vous me répondrez sans doute que je dis ça à chaque fois, et vous n’auriez pas à tort. Mais en fait, non, c’est la plus belle. Je n’ai jamais eu de retours aussi positifs de la part des gens qui gravitent autour du studio. Depuis 15 jours, je vide mes placards pour adopter l’intégralité de cette collection. C’est normal, me direz vous, sauf que pour les précédentes, je me faisais souvent avoir : je m’étonne toujours de l’engouement des collections et je ne peux plus commander ma taille, et me dis que c’est le destin, que j’aurais peut être la chance de trouver mon bonheur dans un retour de commande au studio. Mais cette fois ci, il n’en est rien. Oeil pour oeil, dent pour dent, je ne me ferai pas avoir !

Et puis, c’est différent cette fois aussi, parce que d’ordinaire, quand une collection sort, je suis déjà à fantasmer sur la suivante. Mais là, je me surprends à traquer les camions qui sillonnent l’Europe et qui contiennent mes précieux nouveaux compagnons de l’hiver ! J’ai rarement été, autant excitée par des vêtements de ma propre collection. Evidemment que je les aime mes produits,  mais il y a des fois, où j’adore encore plus l’univers coloré d’une histoire, ou le film que l’on a imaginé avec Simoné, ou l’ambiance du studio qui a bercé les mois durant dans lesquels on a construit la collection. Mais cette fois-ci, je suis excitée par tout. J’aimerais presque que le temps s’arrête pour suspendre cet instant. Moi qui suis toujours en train de calculer mon coup d’après.

(N’hésitez pas à cliquer sur les flèches à droite et à gauche des images <3)

Le temps est bon. Bon comme cette sensation où l’on réalise qu’on apprend à chaque fois un peu plus. Et avec le mini recul qu’on a maintenant, je pense que c’est la collection la plus aboutie, de part le nombre de pièces, les accessoires, les imprimés, la qualité des matières, et toutes les choses que l’on a dire… Depuis le début, j’ai l’impression que l’on cherche à imaginer des vêtements différents, qu’on ne voit pas partout et dans lesquels on se sent bien. Mais cette marque, Wear Lemonade, évolue et grandit vite. Et un peu comme une chanson des L5, j’ai la sensation qu’elle a voulu être toutes les femmes de votre vie. Mais aujourd’hui, je me dit que cette nouvelle collection a quelque chose de plus mature, plus féminine aussi. J’avais envie d’imaginer des pièces intemporelles mais dans l’air du temps, comme une Simone de Beauvoir sexy ou une Jacky Kennedy en Stan Smith. Il fallait donc des belles pièces pouvant traverser les saisons et qui nous donnent cette sensation d’être toujours confortables, belles et puissantes.

Certains diront qu’il y a un petit goût de nostalgie dans l’univers de cette histoire. Je répondrai qu’il est évident que l’on a puisé dans le dressing de nos mères et nos grands mères pour piocher le meilleur des vêtements qu’on a toujours rêvé de leur piquer. Vous savez, ces pièces qu’on a fantasmé posséder, et même si on savait qu’un jour elles capituleront et nous les donneront… On a eu marre d’attendre que la transmission se fasse. Alors, on a décidé de vous aider à écrire votre propre histoire, en imaginant ces pièces, qu’un jour, vous aussi vous transmettrez…«  Le temps est bon, le ciel est bleu… »

Cette chanson d’Isabelle Pierre, même si vous ne l’avez jamais entendu auparavant, ne peut pas vous laisser indifférent. Moi, elle m’évoque ce genre de moment de vie qu’on cherche à retrouver. Cet instant qui revient toujours, quand on s’y attend le moins. Celui qui s’installe dans l’inconfort, qui arrive sans crier gare, souvent pour moi, quand je n’ai pas envie de sortir. Un de ces soirs où je me laisse entraîner par le mouvement général et puis soudain, le jour se lève, la nuit s’achève, et se conclut par être la soirée de ma vie… C’est ce que m’inspire cette chanson, ce goût de liberté absolue,  la magie des moments où rien de mal ne peut vous arriver si vous êtes inspirée ou entourée de gens passionnants…

Merci à Laurence Revol pour ces images, à Laurence Maestrello pour le Makeup, à Hélène Rabu via Simone App pour les coiffures. Merci à Souki, Coline, Léa et Marine pour s’être glissé dans nos vêtements le temps d’un shooting (et plus je l’espère…). Merci à Jonak pour le prêt des chaussues et à Roadster pour l’opportunité de dingue de louer ce bijoux de Mustang.

Et merci aussi à tout le lemonade Studio <3

Lire la suite
Couture / 14.10.2017

Bonjour à tous !

Les premiers jours de froid sont déjà arrivés et c’est l’occasion de vous présenter notre nouveau patron de la rentrée : le manteau (ou la veste c’est selon) Uma. Ce modèle hyper cocooning et confortable, nous l’avons pensé comme une veste d’homme, trop grande, que l’on aurait empruntée pour s’emmitoufler dedans. Et comme la rentrée est souvent l’occasion de se lancer dans des nouveaux projets, ce sera l’occasion idéale de remettre à l’exercice vos dix doigts! Cette veste Lisa y tenait beaucoup, d’ailleurs pour la petite histoire, c’est la première pièce que nous avons dessiné il y a plus d’un an lors du début de notre collaboration avec Monoprix. Nous voulions depuis longtemps faire un vrai beau manteau dont on soit fières, avec ce petit côté « girl boss » que nous affectionnons tant, oversize comme il faut et doté de ce grand, grand col !

Alors oui, vous l’avez beaucoup vu décliné en coton bleu éclatant avec une semi-doublure confettis idéal pour l’automne, mais pour l’hiver nous avons légèrement modifié le patron, avec des manches plus longues et surtout une doublure intégrale pour supporter les degrés en moins ! Ce modèle beau et pratique, est un peu complexe, pourtant si vous avez fait le haut de pyjama Pierrot, le teddy Rosa, ou la veste Maria, vous ne verrez (presque) aucune difficulté. La grande nouveauté et petit challenge, sera la poche passepoilée que j’ai longtemps hésité à vous faire faire mais le résultat est tellement gratifiant que je trouvais dommage de ne pas vous expliquer comme la réaliser. Bien sûr, si jamais vous ne vous sentez pas d’attaque ou juste si vous le coeur vous en dit, vous pouvez tout à fait remplacer le passepoil par une simple poche plaquée rectangulaire, et l’effet sera tout aussi réussi.

Un dernier petit mot sur ce modèle unique, le tissu jouera énormément sur le rendu. En coton tissé (type gabardine, canevas, ou denim) ou en jersey pour les plus téméraires, vous obtiendrez le look d’une veste/bleu de travail, mais en laine, fausse fourrure ou tissu molletonné ce sera un magnifique manteau. Je ne peux que vous conseiller fortement de jouer sur les matières, contraster le col avec le reste, associer les couleurs, prendre une doublure des plus folles, amusez-vous! Et surtout, choisir des tissus différents vous aidera grandement au moment du montage pour repérer chaque pièce. Dans notre cas, nous sommes parties sur un tweed de laine entièrement thermocollé (au thermo maille) pour plus de rigidité et éviter que l’air ne s’infiltre, un col en moumoute synthétique et une doublure rayée en coton. Le débat continue toujours au bureau entre les pros et contre ce tweed « sous acide » comme dirait Lisa, mais je trouve le résultat très réussi et puis vous verrez, cela rend le livret et la vidéo encore plus lisibles.

Quelques informations utiles pour coudre Uma :

  • il vous faudra 2,50m de tissu pour une laize de 1,45m ou 3,30m de tissu pour une laize de 1,10m (on vous déconseille cette dernière option),
  • la même quantité pour la doublure,
  • 4 boutons de 20mm de diamètre, fantaisie ou recouverts,
  • et bien entendu le patron en papier à acheter ici ou à télécharger dans votre espace abonné pdf !

Je vous dis à bientôt, et restez aux aguets des newletters, le temps va s’annoncer très bon sur notre site wearlemonade.com! Merci à notre Simoné pour ces photos @Olitax !

Lire la suite