make-my-lemonade-shit-happens

Photo et typo Noel Shiveley

«  Bonjour vous êtes 145ème sur la liste d’appel, votre attente est estimée entre 3 et 150 minutes… »

Hello la compagnie,

 Aujourd’hui je viens vous parler d’un sujet qui me tient à cœur depuis un moment. Les galères, les petites et les plus relous de la vie d’entrepreneur. Depuis nos dernières rencontres lors de la vente au bureau, ou lorsque vous êtes venus à notre rencontre durant les portes ouvertes, je me suis rendue compte que peut-être je ne vous reflétais pas la réalité. Vous savez, ici et comme sur instagram, je ne vous montre que la plus belle face de nos vies, la meilleure version, le best of de notre quotidien. J’espère même pouvoir arriver à vous inspirer, et plus que tout, vous donnez l’envie de faire… 

 Alors de façon récurrente, je vous parle de l’entrepreneuriat, que c’est la meilleure décision de ma vie, la plus dingue et inconsciente aussi. Que j’ai une chance incroyable d’inventer mon métier au jour le jour. C’est toujours vrai, je crois que si je vous le dis c’est aussi pour me focaliser sur nos victoires quotidiennes et les petits bonheurs que la vie d’indépendant peut offrir. Mais dans les faits, je ne fais pas que des cocottes en papier toute la journée, ni des jetés de paillettes, ni remplir des boites en plexiglass de confettis. Aujourd’hui j’ai de la chance, avec tout le succès que vous nous avez offert, on est toute une équipe, mais il existe toujours des jours “sans”. Et puis les petites galères ne viennent jamais seules, généralement elles arrivent en nombre.

 Quand on est entrepreneurs, il y a des trucs chiants à régler, tout dépend du statut de votre entreprise, mais aussi de l’urssaf, des impôts, à la déclaration de la T.V.A, en passant par le R.S.I… Ce n’est pas tous les jours dimanche et même le dimanche ne ressemble pas à ce qu’il devrait être. Vous voyez, quand vous êtes indépendant, toutes ces choses sont comme des petites galères de la vie quotidienne. 

 Imaginez, vous savez cette ampoule que vous devez changer depuis des mois, un beau jour vous allez à la quincaillerie bien décidé à en découdre, vous achetez l’ampoule, vous rentrez et là, vous vous rendez compte que vous avez acheté une ampoule à barillet alors que c’était une culot à vis qu’il vous fallait. Et bien imaginez que les galères d’indépendant, c’est des ampoules à changer mais qu’il faut le faire dès que la lumière s’éteint.

 Alors c’était juste un petit mot pour vous dire que les galères ça arrive, mais cela ne doit pas vous paralyser et ni vous empêcher de vous lancer. Mon seul conseil c’est de les encaisser dès qu’elles arrivent et de vous concentrer sur le fait que demain sera un autre jour. Et n’oubliez surtout pas « quand la vie vous donne des citrons, faites de la limonade ! ».

Lisa

To read this post in English, click here!