DIY / 05.12.2016

Bonjour à toutes les loutres de France et de Navarre (et autres, j’aime toutes les loutres) !

J’espère que vous allez bien et que le froid n’a pas endolori vos dix doigts car vous en aurez besoin pour ce DIY. Après votre engouement pour ma vitrine en papier lors du Lemonade Shop, je me suis dis que vous méritiez bien un petit DIY pour offrir vous aussi ces petites merveilles à vos proches, ou à vous-même, pour Noël. En effet le cactus en papier sera parfait pour ceux qui n’ont pas la main verte et chez qui même un vrai cactus ne résiste pas plus de deux semaines (ça arrive aux meilleurs, ne les jugez pas). Je vous livre donc aujourd’hui la technique du cactus en papier, à décliner dans toutes les couleurs et toutes les tailles ! Je vous embrasse ! Charlotte.

Pour ce DIY il vous faut :

  • Les patrons du cactus à télécharger ici,
  • du papier blanc ou de la couleur de votre choix de type canson,
  • une paire de ciseaux,
  • de la colle Scotch verte (après de nombreux tests, je vous le dis, c’est la meilleure !),
  • un scalpel,
  • un petit réglet,
  • un pot en terre cuite que vous aurez au préalable bombé en blanc,
  • une pince à épiler,
  • un crayon à papier.

Pour commencer, imprimez tous les patrons du cactus et découpez-les.

Reportez les patrons sur du papier et découpez-les, veillez à bien gommer les éventuelles traces de crayon à papier ! Pour les grandes parties principales du cactus, découpez 8 pièces de chaque afin d’avoir un cactus bien rond ! Pour les épines il vous en faudra environ 50 (et beaucoup de patience).

Munissez-vous maintenant de votre scalpel et réglet, et reliez légèrement toutes les languettes du cactus avec l’envers du scalpel, cela va vous aider pour l’étape suivante : plier les languettes vers l’intérieur du cactus !

Vous allez maintenant assembler les deux premières parties de votre cactus, comme vous pouvez le voir, elles ont la même forme, sauf que l’une a juste des languettes pour permettre l’assemblage. Déposez doucement de la colle sur l’ensemble des languettes, veillez à ne pas en mettre trop pour ne pas avoir de traces de colle sur votre beau cactus blanc.

Posez donc les deux parties l’une sur l’autre et faites coïncider les bordures au maximum ! Et voilà vous avez un premier fragment de votre cactus !

Faites de même pour les 7 autres fragments !
Attention, concentration, éteignez la télé si vous l’aviez allumée, nous allons passer à l’assemblage du cactus. Si vous regardez votre pièce vous pouvez voir qu’il y a un côté sur lequel il y a 4 languettes, et 3 sur le second, veillez bien à commencez par le côté avec 4 languettes ! Pliez les languettes vers l’extérieur.

Déposez de la colle sur les languettes, et venez faire correspondre votre prochain fragment à la suite, sur la face où il y a trois languettes. Là normalement les découpes des languettes doivent coïncider !

Repliez les languette sur lesquelles vous aviez mis de la colle, à l’intérieur du deuxième fragment pour les assembler. Collez maintenant le côté à trois languettes vers l’intérieur pour bien fixer votre cactus !

Continuez ainsi avec les autres fragments, vous devriez voir votre cactus prendre forme ! Pour l’ultime collage qui va permettre à votre cactus d’acquérir sa forme ronde, je vous conseille de coller uniquement la partie à quatre languettes, cela suffira et surtout ce sera plus facile pour vous ! Appuyez bien et attendez que votre cactus sèche complètement.

Voilà, le plus dur est derrière vous, vous pouvez rallumer la télé ! Posez maintenant votre cactus dans son pot, nous allons passer aux épines !

Attrapez votre pince à épilez, pliez votre épines en deux et disposez de la colle au dos (un tout petit point de colle)

Collez votre première épine sur la tranche du cactus et continuez ainsi sur l’ensemble ! Pour la fleur, vous pouvez retrouvez le DIY ici, assemblez-la et collez-la sur le dessus du cactus pour la touche finale !

Et Ta-Da !

Lire la suite
Couture / 02.12.2016

Hello les oiseaux !

Oui c’est vrai ça, comment on coud une cape Thelma ? Bon, Thelma est disponible depuis un petit moment sur les internets, depuis 15 jours pour être exacte. Nous l’avons sorti en avant-première lors du salon Création et Savoir Faire, et pour tout vous raconter, on était plus que certains que la robe Dita serait le patron à retenir du salon et bien non, à notre surprise générale, ça a été Thelma. Du coup, sold out complet. Okay, j’adore être surprise !

Alors vous connaissez un peu ma vie trépidante, et à force de faire 100 choses à la fois, j’ai oublié de cliquer sur “mettre en ligne la vidéo” de Thelma sur youtube… Donc je voulais m’excuser platement pour ce raté et vous poster en bonne et due forme la vidéo de cette cape ! Je suis sûre que Thelma sera un super cadeau à glisser sous le sapin, vous pouvez y aller les yeux fermés, elle est très facile à faire et à adapter au gré de vos envies, avec ou sans col, avec ou sans doublure, pour les plus téméraires vous pouvez aussi lui rajouter une capuche de votre choix. Bref comme toujours le mot d’ordre est : lâchez-vous, prenez du plaisir !

Moi j’adore sa coupe rétro et la ligne du dos me rend dingue, j’ai l’impression d’être une héroïne de roman dont l’intrigue se déroulerait dans les années 30-40. Et la petite histoire c’est qu’à la base Thelma, nous l’avons imaginée avec une capuche. Mais nous trouvions dès la réception du prototype que cela faisait trop enfant, nous avons alors demandé un col rond, mais nos façonniers ont compris un col “claudine”. Après pas mal d’allers-retours nous avons décidé de lemodifier en col droit qui vient ajouter une sacrée touche de rétro à l’ensemble. Et comme nous nous sommes rendues compte lors du pop up store, que les grandes poches de cette cape vous rendaient dingues, Laure a fait des miracles pour transposer ces grandes poches si pratiques sur le patron papier, tout en ajoutant une doublure.

(Oui je dis effet Wouah dans la vidéo… je sais )

Ce qu’il faut savoir sur Thelma :

  • Thelma est en TAILLE UNIQUE, il faudra compter 3m de tissu dans une laize d’1m40 et 3m de doublure en laize d’1m40.
  • Je vous conseille de choisir une laine duveteuse qui sera plus facile à travailler qu’une laine sèche. N’hésitez pas à choisir un mélange synthétique, vous pouvez trouver de belles qualités laine/polyester.
  • Les valeurs de coutures sont toujours d’un centimètre comme sur tous nos patrons !
  • Il vous faudra des boutons ou pressions, ou ce que vous voulez pour pouvoir fermer la cape !
  • Vous pouvez prévoir un peu de thermocollant pour le col si besoin.
  • Et bien sûr, le patron papier est disponible ici et pour celles qui préfèrent passer par l’abonnement pdf c’est par .

Et j’en profite aussi pour vous annoncer de grandes nouvelles pour le mois de décembre. La première, nous sommes en train de vous préparer 2 patrons gratuits exclusifs, Yippi ! Il s’agit de la chemise et du pantalon de pyjama Princesse Tam Tam x Wear Lemonade. Ouais, ouais… De quoi vous donner des projets couture pendant les vacances d’hiver. Nous allons vous poster le pyjama en 2 fois, histoire de faire durer le plaisir mais surtout de rendre tout ça plus digeste pour vous ! Pour les vidéos, j’ai réalisé le mien avec notre tissu rouge à lèvre et c’est trop beau, vous auriez dû entendre Julie, la réalisatrice des tutos, dire : “Han mais c’est trop bien” toutes les 3 minutes et Laure lui répondre en écho: “Je n’étais pas sûre mais c’est canon”. En bref je pense que cela devrait vous plaire !

L’autre grande nouvelle est que la nouvelle collection de l’année prochaine arrive bientôt (fin janvier) avec beaucoup de surprises et de nouveaux patrons. Début janvier le patron de la chemise Simona sera aussi en ligne et la formule des abonnements va évoluer, elle sera plus ergonomique, le paiement par carte bancaire sera possible, et il y aura une limitation à 7 téléchargements par mois, mais pas de limite de téléchargement par modèle.

Je ne sais pas si vous vous abonnez à la newsletter mais je vous conseille de sauter le pas, car vous aurez accès aux exclusivités comme par exemple l’annonce de la mise en ligne du patron de Thelma et son pdf ainsi que la mise en orbite de nos popelines viscose si douces Rouge à Lèvre et Bloom’s dont les stocks s’envolent ! D’ailleurs il faut que l’on parle vous et moi de vos envies tissus, car si je m’écoutais, je ne coudrais plus que de la viscose… Mais peut-être que ce n’est pas le cas pour vous… Bref, confiez-moi vos avis tissus dans les commentaires. Vous savez, malgré cette vie trépidante, je lis tout et je vois tout !

Je vous embrasse fort !

Lire la suite
streetstyle / 30.11.2016

Hello la compagnie !

Aujourd’hui je voudrais parler des tenues à porter pour aller travailler ! Vous vous souvenez, je vous disais que je ne m’étais jamais vraiment posée la question dans cet article. J’ai toujours eu une relation très facile avec mon dressing. Je me pose rarement des questions sur ce qu’il est bon de porter ou pas en rendez-vous. Je suis plutôt très libre, j’ai juste le souvenir de ma mère hurlant au scandale en me voyant sortir avec le nombril à l’air en plein hiver, mais quelle ado n’a pas fait ça finalement dans les années 2000 ? Sinon à part cet épisode, je n’ai jamais été censurée dans mes élans modesques, mis à part l’épisode de la banque que je vous ai raconté ici, rien de grave.

Aujourd’hui, pour venir apporter une touche de mode à ces articles de business weeks, j’ai essayé d’analyser et d’apporter des idées de tenues pour différentes situations professionnelles. Alors évidemment, c’est une liste non exhaustive des différents cas. Car je n’ai pas fait de silhouettes : chef de chantier ou assistante médicale, ne maîtrisant pas très bien le sujet, je ne préfère pas m’aventurer vers des contrées trop éloignées. Donc vous verrez, j’ai fait ça très simplement, en m’efforçant de me mettre dans la peau d’une autre le temps d’une photo d’illustration.

Et puis j’avoue qu’en ce moment, je gère des choses qui me dépassent un peu comme signer des baux commerciaux, aller à la banque, rencontrer des investisseurs, parler en public de mon parcours… Et dans ces moments, là je me pose assise en tailleur sur mon lit, avec le chaos partout autour de moi, (comprenez une explosion nucléaire de vêtements dans ma chambre), et j’ai le stress d’un premier rencard avec un mec canon qui monte, j’appelle mes potes, en mode cellule de crise avec ces mots qui sortent de ma bouche : MAIS P**** ON PORTE QUOI POUR ALLER DEMANDER UN CREDIT? Ah ça ! “Jeune et Jolie” n’en n’avait jamais parlé à l’époque.

Pour ce look je porte une veste bleue marine et un body nude Wear Lemonade, un jean et des bottines en velours Asos, et un sac en cuir adorable Tammy et Benjamin.

Bref dans cet article, il y aura 3 grandes familles. Les jobs “créatifs”, les jobs “classiques”, les jobs “freelance”, entretien, rendez-vous pro etc… Encore une fois, rien n’est gravé dans la roche, tout dépend du milieu dans lequel vous évoluez.  Je pense qu’il suffit de faire une petite recherche sur internet pour sonder l’esprit de l’entreprise, chose que de toute façon l’on vous a conseillé de faire pour préparer votre entretien, ou si votre recherche n’a pas été fructueuse et que vous êtes toujours dans le flou, je vous conseille d’aller traîner à la pause déjeuner en bas de ce potentiel boulot pour humer la tendance…

Ce look, je pense qu’il est bien pour aller bosser dans un bureau de presse, agence de pub, dans un milieu jeune, où tout le monde est en Stan smith… Mais pour un boulot dans une maison de couture, je pense qu’il faudrait oublier le jean et partir sur une belle robe, avec de belles couleurs mais pas trop flash, avec soit des vêtements dont la coupe vous va parfaitement ou avec le style (ci-dessous) pour lequel je changerai de sac pour quelque chose de plus chic, ou le look (plus bas) avec la veste verte !

Je porte un trench vieux rose Asos, un pull Monoprix, un sautoir Argument x Chacok, un pantalon Julietta et un tote bag Wear Lemonade, ainsi que des bottines made in Sarenza.

Pour ce look, c’est pas vraiment du jeu parce que c’est ce que je porte un peu tous les jours en ce moment. Je trouve que les camaïeus de brun c’est une valeur sûre, et un trench coat fluide c’est toujours un gage d’efficacité pour un entretien ou pour un rendez-vous pro, cela donne du sérieux et de l’allure. Et puis j’insiste sur les vêtements qui vous vont bien, c’est important. Alors à quoi reconnait-on un vêtement parfaitement coupé ? Si une fois sur vous, cela n’est pas évident, c’est que cela n’est pas le cas. Non mais plus sérieusement, c’est quand, une fois que vous l’avez enfilé, rien ne plisse, rien ne baille, rien ne rentre où que ce soit, et que vous vous sentez à l’aise comme dans une seconde peau, et c’est gagné ! Lorsque l’on trouve le vêtement parfait, c’est une chose en moins à penser et vous êtes déjà un peu plus sûre de vous… Que celle qui n’a pas jamais tiré sur sa jupe dans le hall d’accueil avant un entretien, me jette la première pierre !

Je porte une chemise Simona Wear Lemonade, une veste Comptoir des cotonniers, un pantalon droit La Redoute ,des chaussures et un sac Tila March.

Celui-ci c’est un peu le look “déguisé” pour moi, l’exercice périlleux pour le travail classique, comme si demain je devais retourner à la banque. Je pense que ce n’est qu’une question d’habitude parce qu’en écrivant ces lignes, je me suis dit : mais j’aurais du mettre un pantalon taille haute rouille avec une blouse en soie crème et la veste noire et cela aurait été canon. J’aurais presque des idées pour m’habiller pour aller travailler dans des milieux plus classiques que le mien…

Alors je déplore en lisant vos commentaires que les moeurs soient bloqués dans une décennie lointaine. Les longueurs des jupes et des robes, les paillettes sur les chaussures, la couleur vive d’une veste ou les motifs d’une chemise ne devraient pas faire douter de la compétence et du sérieux des gens qui les portent. Mais bon, je suppose que c’est ainsi qu’il y a deux façons de le vivre. Soit de s’en moquer et d’assumer comme une forme de résistance, soit de rentrer dans le moule, d’assagir ces tenues et de porter toute sa fantaisie pendant ses RTT et week-ends mais c’est quand dommage de s’éteindre un petit peu pour ne pas faire de vagues. Moi je ferais des tempêtes de couleurs et je fracturerais les rétines de mes collègues en mélangeant les motifs si je le pouvais… Enfin je le peux, mais au studio on a tous notre petite folie, donc du coup je ne suis en guerre contre personne… La prise de tête devant mon dressing est juste un exercice ponctuel dorénavant qui m’amuse beaucoup en réalité.

Je porte une robe Dita velours Wear Lemonade, une veste Zara, des bottes Maje et un sac vintage.

Variation sur le même thème. Mais voilà la réalité et comment je m’habille pour aller faire des choses sérieuses. Cela peut changer un peu au fil du temps, selon les lessives faites ou non… Mais à peu de choses près, quand j’ai es rendez-vous sérieux voici mon uniforme !  C’est vrai que j’ai remarqué que l’attitude de mes interlocuteurs changeait en fonction de la tenue que je portais, je ne parle même pas de décolleté ou de longueurs de jupes, je ne m’y risquerais même pas, mais plutôt de couleur, motifs. Les pièces sombres m’aident à gagner en autorité, et mon interlocuteur n’a plus à être distrait par les motifs de mes robes mais plutôt par ce que je lui raconte… Donc sobre mais colorée.

Ne vous marrez pas. C’est comme cela que cela se passe, le jogging peut être en option, car nombreuses ont été les journées que j’ai passées sans pantalon avant 17h en semaine. Donc voilà, ceci n’est pas une généralité mais qu’on se le dise, travailler chez soi ce n’est pas facile. Une des raisons pour lesquelles j’ai commencé à chercher un bureau, c’était pour arrêter de procrastiner chez moi, et porter des vrais vêtements pour sortir de mon canapé…  Et puis parfois, il y a des rendez vous clients qui se passent à la maison par écrans interposés… C’est le moment “interaction avec autrui” de la journée, mais vous n’y êtes plus trop habituée, donc vous faites le minimum syndical, vous vous habillez juste le haut ! Ceci n’est pas bien ! Bougez-vous et allez dans un espace de co-working !

Tout cela pour dire quels que soient vos choix, il faut garder en tête d’être dans la modération pour tous ces moment clef. Si vous saviez comme cela me heurte de vous écrire cela… De toute façon, les vêtements que vous porterez ne seront pas décisifs quant à la décision finale du responsable des ressources humaines que vous aurez en face de vous. L’important c’est que vous vous sentiez à l’aise et que votre tenue ne soit là que pour vous apporter l’assurance nécessaire pour déchirer votre entretien…

L’idée n’est pas que vous vous déguisiez mais si vous avez une tendance à l’extravagance, c’est de tenter de calmer un peu le jeu. L’important est que l’on se souvienne de vous plutôt que de la tenue que vous portiez. Et inversement, si vous êtes perdue dans des vêtements trop grands et un peu tristes, cela n’enverra pas forcément le bon signal. Ce n’est pas fondamental mais c’est un important, soufflez, tout va bien se passer.

Je vous embrasse !

Lire la suite
Retour en haut