Couture / 13.01.2017

Hello la compagnie !

Aujourd’hui, c’est couture ! C’est le tout premier projet couture de l’année, et je vous en souhaite plein ! Pour ma part je me suis donné comme challenge d’arrêter la fast fashion, et de me faire au moins 1 projet couture par mois, pour moi, qui ne soit pas un patron réalisé dans le cadre d’un tuto vidéo ! Affaire à suivre ! Je vous tiendrai au courant sur les réseaux sociaux de mes réalisations !

Bon, revenons à cette chemise à lavallière, Simona ! Je l’aime bien celle-là, parce qu’elle est trompeuse Simona… A première vue, on a l’impression qu’elle est hyper compliquée, mais en fait elle se fait les doigts dans le nez. Dans la vidéo, vous allez voir, j’ai essayé d’éviter de dire toutes les minutes que ce patron était trop facile, même si c’est carrément le cas ! J’ai été étonnée de voir que très souvent, vous choisissez pour vos premiers patrons de couture la blouse Bianca ou la robe Lola, qui ont des cols de chemise ! Les cols de chemise cela a toujours plus l’air difficile qu’il n’y parait… Alors que s’il ne devait y avoir qu’une difficulté sur Simona, ce serait les fentes indéchirables sur les poignets. Mais cela s’arrête là et encore une foi, ce n’est pas la mer à boire.

Simona, je voulais absolument la faire dans ce polyester soyeux couleur moutarde, alors je l’ai faite certes, mais quelle galère ce tissu ! Je pense que nous aurions passé beaucoup moins de temps à réaliser cette vidéo si j’avais choisi une popeline, une viscose, ou un voile de coton. Mais la vérité c’est que j’aime beaucoup le côté fluide et un peu loose de la coupe, le poignet froncé, et ce look qui peut être un peu 70’s avec la lavallière amovible… Je vous laisse juger par vous-même la facilité de réalisation, et l’enfer que cela peut être de réaliser cette demoiselle Simona dans un tissu trop soyeux… (J’ai testé pour vous !)

  • Pour coudre cette chemise, il faudra compter 2m20 de tissu en laize de 1m40pour la plus grande taille, ou 2m60 si la laize est de 1m10. Je vous conseille d’utiliser de la viscose car c’est tout doux, mais un voile de coton, ou un polyester pas trop glissant peut être bien aussi. Pour celles qui préfèrent les tissus mats, vous pouvez choisir un crêpe naturel ou synthétique,
  • Le patron, disponible en papier en cliquant ici, ou via l’abonnement pdf ici, n’oubliez pas que les valeurs de coutures sont comprises, nous vous l’indiquons à chaque fois s’il s’agit de coutures anglaises !
  • 9 boutons de 8 ou 10mm,
  • un peu de thermocollant (50cm, choisissez-le fin, et en maille si possible) !

N’oubliez pas de nous partager les photos de vos réalisations sur Instagram, Facebook et Twitter avec le hashtag #DIYWearLemonade ou sur notre page community ! Pour la prochaine collection, nous allons faire des modifications sur notre abonnement pdf mais pas de panique, nous allons vous faire un post avec tous les détails, je vous rassure ! Et aussi j’en profite j’en profite pour vous dire que nous sommes en train de peaufiner nos collections à venir… donc si vous avez des envies de pièces à coudre et surtout à porter, n’hésitez pas, c’est grâce à vous que le patron du short Carlotta, du pantalon Julietta, ou du pyjama Pierrot ont pu être possible !

Je vous embrasse !

Lire la suite
making of / 12.01.2017

Hello la compagnie !

Je vous envoie un peu de couleur en cette journée toute grise ! Ces dernières semaines j’ai un peu fait du tri dans mes archives de blog, et je me suis rendue compte à quel point cela me manquait de ne pas faire des posts colorés, des belles images, une sorte d’inspiration à petite dose pour une marque ou pour “l’Amour”. Vous n’avez pas idée du bien que cela peut faire à mon cerveau d’imaginer des histoires colorées. Quand j’étais plus jeune et que je n’avais pas le moral, je ne noyais pas ma déprime dans du champagne, non, non…  Mais je me disais, qu’il fallait que je me pose pour faire quelque chose de beau, alors c’était de la broderie, de l’illustration, repeindre un mur dans une couleur folle, etc… C’était mon moteur… Transformer l’énergie négative en quelque chose de positif !

Dans l’agitation de mes méninges et de celle de mes dix doigts, c’était toujours une fête. Et plus le résultat était à la hauteur de ce que j’avais en tête, plus cela me faisait du bien et me rendait fière. Aujourd’hui c’est un peu différent, car le quotidien apporte son lot de galères,  je vous en avais parlé ici souvenez vous, mais en travaillant en équipe, l’enjeu est différent, il faut savoir communiquer ses idées et rendre tout le monde excité par un projet commun !

J’ai vraiment envie pour cette année de faire plus de projets comme celui-ci, c’était rafraîchissant, sans mauvais jeux de mots à tout point de vue. Du mood board coloré, à la réflexion sur l’agencement des couleurs, les moyens de recouvrir les bouteilles, etc…  Donc si les opportunités ne se présentent pas assez régulièrement, j’aimerais vraiment pouvoir provoquer ces situations, ces shootings colorés, et cette effervescence créative !

Charlotte “notre reine des piñatas” a travaillé d’arrache-pied pour la production de ces petits éléments, avez-vous vu tous ces petits picots de papier ? Une folie ! Ce que j’aime avec Charlotte, c’est que “sky is the limit”… Elle n’a peur de rien, et elle est toujours partante pour les défis papeteries les plus fous…

Lire la suite

Beauty / 09.01.2017

Happy Monday la compagnie !

Je viens vous faire un point cheveux, un peu comme un point météo, mais capillaire. Je vous ai déjà raconté mes péripéties chevelus, du blonde platine (dj!) au carré Louise Brooks, en passant au noir jais, au cheveux courts garçonne, au très dégradé Freja, aux bandes de cheveux pour me faire un chignon, aux tresses de Sean Paul etc etc….Et j’en passe et des meilleures. Je pense pouvoir vous dire que je suis indécise capillaire sans rougir, doublée d’une impatiente chronique. J’ai longtemps cherché “ma tête”, un peu comme le graal. Souvent je re-regarde les photos de ces dernières années et je me dis “c’était pas mal cette coupe quand même”, et je rechute, je recoupe. Mais ce que j’oublie à chaque fois c’est que c’était pas mal sur la photo, je devrais plutôt me souvenir du quotidien.

Et que jusqu’a peu, je n’étais pas vraiment une adepte des tutos coiffures. C’est étrange car je sais faire quelque trucs de mes dix doigts depuis le temps, mais me faire deux tresses c’est compliqué pour moi, vraiment la grosse galère. Voilà, je viens de vous dresser mon paysage capillaire. Et il y a quelques mois en septembre pour être précise, j’avais envie de retrouver de la longueur, quelques réminiscences (et toujours des photos) de mon mariage m’ont fait sauter le pas et j’ai foulé les portes d’un salon de coiffure à Paris qui fait pousser les cheveux plus vite que votre ombre : Extensions Vip. Voilà le secret, depuis quelques temps vous étiez bluffés par mes cheveux, et bien la vérité c’est que ce ne sont pas les miens… C’est fou non ?

J’ai trouvé l’expérience canon et impressionnante. Impressionnante car je suis allée dans le salon avec des cheveux au carré le matin et j’en suis sortie avec les cheveux au milieu du dos raides comme des baguettes l’après midi. Cela aura duré 5 heures, 180 mèches, pour gagner 40 cm de cheveux sur ma tête, posées une à une à la kératine, (cela fait comme un petit rectangle brillant et rigide au niveau de mes racines) j’ai beaucoup de cheveux à la base donc pour que le résultat soit le plus naturel possible il fallait mettre le paquet ! Certains appellent les points de kératine “grain de riz”, alors pour ma part je trouve que ce sont de “jumbo” grain de riz, je préfère appeler ça des petits rectangles de 1,5cm sur 0,5cm rigides…

Et la personne qui s’est occupée de moi, Marina, m’a donné plein de conseils sur l’entretien tout le long et s’est montrée super pédagogue, elle du sentir que j’étais un peu paumée et que je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais.

Les 48h après la pose, il est “interdit” de se mouiller la tête, donc comme vous vous tripotez les cheveux sans arrêt, je peux vous dire que le shampooing sec devient votre meilleur ami.

Les 2 nuits qui ont suivi la pose, cela a été l’enfer je me suis même demandée pourquoi j’avais fait ça, mais on m’avait prévenue, ça fait un mal de chien de dormir sur ces petits points de kératine, je dormais sur mon visage du coup, pas hyper pratique.

Et les 48h premières heures passées, j’a lavé mes cheveux, et Alléluia, la magie a opéré ! En sortant de la douche, je m’enturbanne la tête avec ma serviette, je me maquille et puis je passe à la phase cheveux et là : révélation, j’ai les cheveux bouclées (ok ce ne sont pas les miens mais un peu quand même). Cela ne m’était pas arrivé de les voir comme ça depuis mes 17 ans. Vous savezs nous avons des cycles capillaires dans nos vies. Quand j’étais très petite et quand j’étais ado, j’avais des boucles de dingue. Puis à l’âge adulte plus du tout et si je les sèche au diffuseur et que j’ai un spray d’eau de mer, j’arrive à avoir des jolies ondulations, merci Cut by Fred de tes nombreux conseils, car j’ai les cheveux souples. Mais là, les amis, c’était retour vers le futur, j’avais 17ans de nouveau !

Je fais un aparté beauté, pour vous dire que quand on a des extensions on ne fait pas n’importe quoi avec. Déjà, on les démêle le matin et le soir, pour certaines ce n’est pas contraignant pour moi c’était très nouveau, avec une brosse à picots de 2 longueurs différentes pour ne pas vous arracher la tête. J’ai découvert cette marque adorable Bachca. Ensuite, on oublie vite le Vivel dop et toutes les cochonneries pleines de silicone des supermarchés, qui en plus d’étouffer vos cheveux qui on déjà été un peu secoués avec la chaleur de la kératine, ne demandent qu’une chose qu’on les aiment : qu’on les bichonnent. Et puis les produits de grandes surfaces ont tendance à faire glisser les pointes de kératine. Je suis repartie avec le shampooing et l’après shampooing du salon Extensions Vip, l’odeur est top et en plus le produit dure longtemps… Et puis, je me fais des masques maison que j’applique sur les longueurs et les pointes uniquement.

J’espace mes shampooing avec mon nouveau meilleur ami le shampooing sec et celui de L’Oréal est top parce qu’il ne laisse pas de traces blanches ambiance Karl Lagarfeld sur nos racines. Et j’ai découvert le spray sec de Bumble & Bumble un peu comme une laque mais sans l’effet carton qui a bien calmé les frisottis et à dompté le cheveu.

Et maintenant, si je veux un look un peu plus “sophistiqué” j’ai découvert un outil magique… En réalité, Fred l’avait utilisé sur mes cheveux à mon mariage mais là, j’ai le mien et je peux vous dire que c’est le fer à boucler des nuls en cheveux. Petites ou Grandes mèches, il n’y a rien à faire de plus que d’enrouler ses cheveux autour, d’attendre quelques secondes et BIM Maria Carey (période années 90) c’est vous. Bon je vous l’accorde, il a un petit look jouet pour adulte mais c’est vraiment une baguette magique, pour devenir le Harry Potter du cheveu, l’accessoire qu’il vous faut c’est boucleur Ghd creativ curl wand

Et pour tout vous dire, je suis tellement devenue confiante, que je me colore aussi moi-même mes cheveux et les extensions, je fais juste attention avec le produit de soin que j’applique uniquement sur les longueurs et pointes.

Voilà et puis l’autre problématique que cela a soulevée c’est que si j’avais retrouvé mes cheveux d’ado, je ne voulais vraiment pas retrouver mon look d’ado, c’était un peu le piège. Si je ne fais pas d’effort, ambiance jean, basket, gilet à capuche, tote bag, bonnet, mon mec me demande où j’ai garé mon skate… Donc c’est intéressant tout ça et j’essaie de limiter mes excès de régression uniquement en cas de flemme majeure. Mais étrangement j’ai la sensation que toutes ces longueurs me donnent envie d’être plus féminine. J’ai très souvent les cheveux lâchés chose qui n’arrivait que rarement, avant je trouvais toujours des idées pour me les attacher en chignon. J’espère que cette expérience capillaire carrément dingue m’aura appris à prendre soin de mes cheveux et à assumer la féminité du “cheveux lâchés”, mes vrais cheveux ont bien poussé je pense qu’ils doivent chatouiller mes épaules actuellement. Je me demande comment je vais les retrouver, je vous ferai un point post extensions, mais une chose est sûre, je me suis rarement autant éclaté capillairement que depuis ces derniers mois… Alors la question que je pose c’est quoi ma prochaine tête…

Merci à la douce Kihou de m’avoir poussée à franchir le pas, à Sardjan pour sa confiance et Marina son expertise et son professionnalisme, ils ouvrent un nouveau salon à Genève en plus !

Dans la pratique, une mèche coute entre 3,50 et 7 euros en fonction de sa provenance et de la qualité et longueur. Il n’y a pas de nombre de mèches défini, cela dépend de votre masse capillaire de base, il est très facile de demander un devis, par un envoi de photo sur les réseaux sociaux, par mail, par MMS même. Évidemment cela a un coût, il est possible de payer cette prestation en plusieurs fois, et ça c’est la bonne nouvelle. Selon la façon dont vous entretenez bien vos cheveux,  de la qualité de base des cheveux choisis, et de la vitesse de repousse, vous pouvez garder vos extensions jusqu’à 7 mois avec un résultat canon.

Bref, mise à part les 48 premières heures compliquées, je ne regrette pas du tout ces 4 derniers mois et je pense même attendre un mois de plus avant de les retirer.

Lire la suite
Retour en haut