Make my Lemonade

BRASSERIE GABRIELLE

 

Aaaah les fashion weeks, mes petits chats ! 

Je ne vous cache pas que depuis quelques saisons cela m’excite moins. Je ne veux pas cracher dans la soupe, mais c’est beaucoup de temps et d’énergie que je n’utilise pas pour le bureau… Et puis c’est compliqué d’avoir des places quand on a un blog, il faut presque se battre, il faut trouver un bon angle pour trouver quelque chose de nouveau pour que vous, lecteurs, soyez vraiment surpris et que vous appreniez quelque chose de nouveau. "Le fameux bénéfice lecteur" parce que c'est bien beau de voir des défilés mais j'ai vraiment envie de partager quelque chose d'inédit avec vous...

 

BRASSERIE GABRIELLE

 

Je trouve que maintenant c'est une sorte de cirque, à qui sera la plus OVER sapée pour se faire "street styler", qui jouera le plus des coudes pour faire LA photo de backstage la plus cool sans gêner les maquilleurs et habilleurs qui bossent …  Alors depuis 2 saisons, je regarde la fashion week depuis les internets, je rêve en regardant Style.com avec les street styles sublimes de Tommy Ton, sur Vogue.com pour ne rater aucune silhouette des défilés, et je guette les backstages beauté de mes marques préférées sur instagram, tranquillement derrière mon bureau.

 

BRASSERIE GABRIELLE

 

Mais quand je reçois le carton d’invitation Chanel, je m’en fiche, j’y cours. Je veux la cohue, je veux les regards snobs des journalistes, le premier plan dingue d’un mariage entre Kanye West et George Clooney, je veux le décor de maboul, le travail sublime, la centaine de looks, ne plus envie de partir à la fin… Je veux TOUT. 

 

BRASSERIE GABRIELLE

 

J'ai l'impression que c’est moi qui devient snob mais quitte à choisir, j’ai envie de voir un spectacle. Et cette fois, quelle folie ! Je crois que depuis que j’ai la chance d’y assister c’est vraiment à chaque fois quelque chose de fou, le show se fait aussi bien dans la salle avec les invités et leurs looks, que lorsque les silhouettes défilent ! Entre le supermarché Chanel, une île qui sort du sable de Dubaï et une rue de Paris, c’était cette fois-ci la Brasserie Gabrielle. Le Grand Palais s’est transformé en énorme brasserie parisienne typique de la fin du 19ème début 20ème. Et autant les autres fois, j'ai été complètement happée par le décor que j’en oubliais les silhouettes, autant cette fois-ci, j’ai trouvé que l’équilibre était parfait. Le Set design et l'histoire portée par les silhouettes se répondaient. 

 

BRASSERIE GABRIELLE

 

Le décor était délirant, on se serait cru dans la mythique brasserie Chartier, sous la coupole du Grand Palais. Il y avait quelque chose de surréaliste de voir les invités manger des oeufs durs accoudés au comptoir en zinc avec leur café noir, dans des tenues folles... Une sorte de voyage dans le temps mardi dernier...

 

BRASSERIE GABRIELLE

 

J'ai beaucoup aimé ces silhouettes de néo titi parisiennes, les petites têtes avec les cheveux plaqués, les smoky XL, les coupes oversize en tweed, les broderies ultra graphiques... Une fois de plus, pour moi la magie opère...

Et vous vous quel a été votre moment préféré de cette fashion week ?

 

BRASSERIE GABRIELLE

135

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Bonjour mes petits chats !

J'espère que vous allez bien, aujourd'hui je vais vous raconter une drôle d'histoire. Il y a presque un an, je découvre le travail hallucinant de Charlotte Abramow, photographe géniale de 20 ans. Dans tes dents ! Je l'alpague sur Instagram pour la rencontrer. On se voit, je tombe en amour pour elle. Elle est drôle, talentueuse et carrément barrée. On commence à travailler ensemble pour le blog ici et là, et puis elle est la photographe qui signe les photos de mes deux prochains livres. Charlotte, un jour de Septembre, m'appelle pour savoir si on pourrait lui faire une petite robe noire en papier pour un rendu qu'elle doit faire à Gobelins. Le sujet est un diptyque pour la petite robe noire de Guerlain. Ah oui, j'ai oublié de vous dire que cette Charlotte est encore à l'école pour peaufiner sa technique... Alors le sujet nous amuse, on lui dessine et réalise une robe en non-tissé noir éphémère. Un projet à 6 mains au bureau, un pur produit du lemonade studio.

 

LA PETITE ROBE NOIRE

Photographies : Charlotte Abramow, Maquillage : Ophélie Secq, Coiffeur : Jonathan Dadoun et Mannequin : Adeline Jouan.

Quelques jours après avoir vu la photo finale, Guerlain me contacte par hasard, et me demande si cela m'intéresserait de collaborer avec eux. Alors j'ai vu ça comme un signe, et quand je suis arrivée au rendez-vous, j'ai tout de suite montré les images de Charlotte. Ils sont tombés en amour aussi... Aujourd'hui, je vous livre le fruit de notre collaboration, notre petite robe noire  en papier à poser, où vous voulez, qui se balance, et surtout à parfumer pour faire diffuser votre parfum préféré comme une nouvelle fragrance d'intérieur.

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

 Pour réaliser cette petite robe noire Do It  yourselfée, il vous faut :

  • Le patron de la robe à télécharger ici,
  • Du papier noir,
  • Un scalpel émoussé,
  • Un réglet,
  • Des ciseaux,
  • De la colle,
  • Du non-tissé noir.

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Pour commencer : téléchargez et découpez le patron de la robe.

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Reportez-le sur le papier noir et découpez les deux parties.

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Vous avez maintenant vos deux morceaux et allez pouvoir passer au montage !

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Munissez-vous de votre scalpel émoussé et de votre réglet et tracez légèrement les arêtes pour faciliter le pliage par la suite. Et maintenant pliez !

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Prenez votre colle et assemblez les épaules de la robe grâce aux languettes.

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Passez maintenant aux côtés et assemblez soigneusement en collant chaque languette.

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Votre base de robe est prête, nous pouvons maintenant passer à l'ornement ! Découpez des bandes de non-tissé noires de différentes largeurs (de 1 à 4cm) et de 30cm de long.

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Pliez les bandes en accordéon en pinçant le non tissé avec votre ongle, faites de même pour l'ensemble des bandes.

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Munissez vous de votre colle et déposez-en sur le haut de la bande, tapotez légèrement avec le doigt pour enlever le surplus.

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Posez le premier volant délicatement, et tournez autour de la robe.

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Prenez un deuxième volant et superposez-le sur le premier, et continuez ainsi avec les différentes tailles, selon votre envie.

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Et TA-DA !

LA PETITE ROBE NOIRE

 

 

Vous pouvez maintenant vaporiser le non-tissé de parfum, La Petite Robe Noire de Guerlain (c'est mieux) afin qu'il diffuse ensuite l'odeur dans votre pièce !

 

LA PETITE ROBE NOIRE

 

Et comme j'aime vous gâter, je vous offre la possibilité,de gagner la gamme complète de toutes ces petites robes noires de Guerlain, pour cela c'est très simple, laissez-moi un commentaire en me racontant à quoi elle ressemble votre petite robe noire parfaite ? Je tirerai au sort lundi prochain à midi. Les résultats seront affichés à la fin de cet article ! 

Roulements de tambours : la gagnante est Faustine avec sa petite robe noire en 4ans ! Merci à toutes d'avoir participé, vos robes m'ont fait rêver !

 

Le règlement du jeu est disponible ici.

204

S'AIMER EN ANGLAIS

 

Bon dimanche chers lecteurs.

Je suis amoureuse. Bon ça n'est pas arrivé comme cela du jour au lendemain, cela fait des mois que cela dure. Un coup de foudre, une chose imprévue et délicieuse. Cela fait longtemps que je pensais à vous écrire cet article, non que vous ayez besoin d'un communiqué de presse pour savoir où en est ma vie sentimentale mais parce que je suis en train de vivre quelque chose d'assez déroutant...

On s'aime en anglais.

Il est danois, je suis française, Il ne parle pas français, je ne parle pas danois. Et pourtant on a su en quelques instants sans dire un traitre mot qu'on allait vivre quelque chose de fou. Je trouve ça dingue avec le recul, parce qu'il y a 9 mois je ne parlais pas ce que l'on peut appeler un bon anglais. Je n'étais pas nulle mais bon, c'était basico basique. Déjà j'avais honte de parler anglais en public, parce que je trouvais que mon accent était terrible et que j'avais l'habitude de comparer mon niveau avec celui des autres interlocuteurs. Donc sur le papier, cette histoire était mal partie. Et puis je me suis dis "merde", si tu veux que ça marche vraiment, il va falloir te faire violence. Un peu comme draguer avec des chaussures de bowling, parce qu'avec des escarpins c'est trop facile. Sortir de la zone de confort, et boum, le bonheur, la chute libre, et l'arrivée d'air chaud... 

Bon aujourd'hui je ne suis pas bilingue même si je parle tous les jours anglais, il ne parle pas très peu français même s'il vit tous les jours avec une française. Mon accent est toujours terrible, mais je crois que ça m'amuse, et puis de toute manière je ne saurais pas faire autrement. Nous avons trouvé notre langage, je suis complètement capable de dire des choses comme "your moufles are in the tiroir "... Et je suis même sarcastique en anglais, c'est vous dire... Notre amour il se trouve quelque part entre deux langages, c'est notre fréquence.

Même si ce n'est pas toujours fluide, si des jours j'ai la flemme, que je jure en français, c'est beaucoup plus simple. Je m'explique, j'arrête ce truc typiquement féminin d'essayer de prendre des chemins tordus pour communiquer "Straight to the point", aller à l'essentiel quoi. J'ai la sensation d'avoir perdu trop de temps et d'énergie à attendre que l'on lise entre les lignes, et finalement être déçue et frustrée... 

Et bien maintenant, je n'ai plus ce genre de complications dans ma vie. Cela a surtout été une révolution au début, je n'y allais pas par 4 chemins et lui non plus. Droit au but, sans fioritures. Evidemment que l'on se dit des merveilleuses choses mais quand un message doit passer c'est clair, limpide, comme si la communication était devenue la chose la plus importante, car à première vue, pas évidente, donc précieuse. Je n'envoie plus de messages cryptés que je ne suis pas sûre qu'il capte parce que déjà c'est un mec et deuxièmement parce qu'on ne parle pas la même langue... Et c'est devenu une sorte de règle universelle dans ma vie, parler, communiquer, sans détour, la clef du bonheur ? 

Et vous racontez-moi ce qu'il s'est passé la dernière fois que vous êtes sortis de votre zone de confort?

700

HAPPY FRIDAY #66

 

Bonjour mes petits chats ! 

Merci pour tous vos retours sur notre bureau ! Nous avons hâte de vous accueillir pour les prochains workshops, cela me manque d'ailleurs, mais nous sommes en train de vous prévoir un calendrier de folie puisque dorénavant nous avons un lieu ! Et on se dit aussi pourquoi pas des cours de couture pour réaliser nos propres patrons ? Il faut que l'on s'organise... Bref, on fourmille d'idées en ce moment, cela doit être l'effet apaisant du rose et du noir, j'ai d'ailleurs plein de DIY en préparation, ce soleil, les températures qui se réchauffent cela me donne un nouveau souffle. Comme une grosse envie d'apprendre et d'aller vers de nouveaux chemins, de me ré-inventer...


HAPPY FRIDAY #66

 

Voilà, il y a une petit rayon de soleil, pour la peine, je donne tout pour la photo, en ce moment on se voit souvent avec Pauline Darley pour faire des photos, pour avoir son avis pour des compositions, pour collaborer sur différents projets qui se préparent au studio... C'est assez drôle parce qu'avec elle, j'ai l'impression de jouer les touristes à Paris, Pauline me donne des rendez-vous dans des lieux toujours différents, elle m'amène hors de ma zone de confort 200m autour du bureau) et cette fois c'était sur le canal St Martin. Je crois que c'est vraiment mon endroit préféré de Paris, ok si vous suivez le blog, je crois que vous avez du voir 300 photos du canal Saint Martin mais c'est là où je me sens comme chez moi... J'y ai vécu longtemps et j'ai toujours un pincement au coeur quand j'y retourne, surtout quand je vois le quartier se transformer au fil des mois. Aujourd'hui, je ne retrouve pas vraiment la vie de quartier du 10e arrondissement dans mon nouveau voisinage mais bon, je patiente et j'explore, les beaux jours m'aideront je l'espère...


HAPPY FRIDAY #66

 

Cette semaine aussi je porte un look classique. Comment cela, vous faites une moue sceptique? Si si je vous assure la salopette fait partie de mon vestiaire quotidien, je vous en avais déjà parlé ici... Et puis je glisse mon portable dans la poche avant, je positionne mes écouteurs et je sillonne Paris sur mon vélo, trop pratique... J'en ai 3, celle-ci en jean, une noire et une kaki, je les adore mais l'autre jour, mon danois d'amoureux m'a dit un truc : "you look like in the funny countryside TV show" et j'ai été un peu surprise je lui répondu "L'amour est dans le pré?" Et il a opiné de la tête. Je suis donc moins à fond quand je porte ma salopette kaki... Bref on travaille sur le patron d'une salopette facile au studio pour cet été... Je dis ça, je ne dis rien ...

 

HAPPY FRIDAY #66

 

Je porte aujourd'hui des lunettes chaton Anna de chez Jimmy Fairly, je vous conseille d'aller faire un tour à la nouvelle boutique au 45 rue Montorgeuil, j'y ai fait la déco mais ça je vous en parle plus en détails prochainement... Un trench et une salopette Gap, un pull 60's Liu Jo, des chaussettes marinières Top Shop, et des chaussures et le sac de la semaine dernière Liu Jo. Et enroulée autour de mon cou, une écharpe cape toute douce Kujten et d'ailleurs si vous voulez que l'on se croise rendez vous jeudi prochain à la boutique Liu Jo à Saint Germain pour un petit afterwork ! Je vous embrasse et je reviens ce week-end pour vous parler d'amour...

98
Make my lemonade est une marque déposée. Tous droits réservés Copyright © 2013

Des news,
des concours exclusifs,
et de l'amour...

Ne ratez rien !