Mood / 08.06.2016

Hello les oiseaux

Je ne sais pas pourquoi mais je suis particulièrement troublée par l’écriture de ce post, par la dimension personnelle que celui-ci implique. Commençons par le commencement, il y a quelque mois, Estée Lauder m’a contactée pour réaliser un film sur l’intuition, une des valeurs de la marque. Je ne le savais pas du tout, mais avant d’être une marque, un groupe cosmétique, des crèmes miracle, le parfum de ma maman, c’était une femme, une vraie visionnaire… Estée Lauder, (quel beau prénom) c’est à elle à qui l’on doit les échantillons dans les magasins, les égéries, la première ligne de soins pour homme et le Sérum. Et en parlant de Sérum, Madame Lauder dans les années 80, quand tout le monde cosmétique lançait des petits pots de crème pastel rose, écru ou bleu layette, elle, elle décida aller à contre sens et de lancer un sérum dans une bouteille marron avec une pipette de pharmacien. Tous ses investisseurs et collaborateurs crièrent au scandale, à l’échec commercial couru d’avance, mais elle décida d’y aller quand même. Et bien, son flacon marron, il est toujours sur les abris bus, il s’agit du célèbre Advanced Night Repair, un succès rarement égalé. Un bel exemple d’une femme visionnaire qui n’a pas eu peur de suivre son intuition.

Bref, c’est ainsi que j’ai reçu le brief, “nous voudrions que tu illustres l’intuition, avec ta vision de celle-ci à travers une vidéo”. Mes joues qui rosissent. J’adore la vidéo mais je ne suis pas vraiment réalisatrice et en travaillant sur le sujet, j’ai découvert que l’amitié était aussi une des valeurs de la marque. Très naturellement, je me suis dit que la personne la plus à même de m’aider sur le sujet c’était Mai Hua, mon amie réalisatrice qui me fait passer du rire aux larmes, de la tendresse et au dépassement de moi en moins d’une minute.

Donc, nous voilà  en train d’écrire ce petit film à 4 mains, à faire un ping-pong verbal comme on le fait si bien, à analyser le sujet, et à se marrer parce que finalement, c’est ce qu’il y a de mieux : travailler en y prenant du plaisir !

Pour moi l’intuition nous l’avons tous au fond de nous, il suffit juste de bien ouvrir les yeux ou de tendre attentivement l’oreille, c’est le super pouvoir qui est à la portée de tous, que nous avons tous au fond de notre poche, un joker que l’on oublie souvent d’utiliser. Parce que ce que nous chuchote l’intuition fait peur, ne fait pas plaisir. L’intuition est semé d’embûches, ce n’est pas le chemin de la facilité car il nous dit souvent d’aller à contre-courant de ce que nous dicte la raison.

Mais vous pouvez vous exercer tous les jours, c’est facile par exemple, avec vos vêtements, vous vous changez jusqu’à ce que vous soyez satisfaits, un ourlet de jean plus court, une ceinture sur un gilet, on expérimente, jusqu’à ce que l’on atteigne le bon reflet dans son miroir, que l’on se sente bien dans ses baskets, c’est déjà son intuition qui parle, qui nous aide à nous sentir nous-mêmes.

Et puis souvent c’est compliqué de suivre son intuition, un peu comme Estée quand les enjeux financiers sont énormes, Il m’est arrivé de renoncer à des contrats avec beaucoup d’argent en jeu, parce que je ne sentais pas le projet, j’avais la sensation de me corrompre, de m’éloigner de ce que j’avais envie d’être pour répondre à une demande. Et depuis que je suis mon propre patron, cette ligne de conduite, c’est ma colonne vertébrale. Mais c’est comme dans n’importe quel nouveau job, un entretien qui vous laisse un goût étrange, inexplicable, mais le super salaire qui fait oublier tous les premiers doutes, pour finalement vous rendre malheureux… Je pense que si l’on a la chance d’avoir le choix, tout vient à point à qui sait attendre.

Et puis, il y a l’exemple de l’intransigeance, l’intuition c’est cette petite voix que l’on aimerait bien faire taire. Car lorsque l’on a travaillé dur, que l’on a fini, et que le résultat n’est pas à la hauteur de ce que l’on avait imaginé, votre bouche fait la moue et l’intuition dit qu’il faut recommencer. C’est le prix à payer pour pouvoir être fier de son travail.

Aaahhh et puis il y a l’amour… Je pense que c’est l’une des fois où l’intuition est la plus audible mais comme par magie on devient sourd. Cette personne qui nous retourne la tête mais au fond on sait que l’on va en baver à un moment, on sait pertinemment qu’elle nous fera souffrir, mais on y va quand même… Et naïvement, on pense que l’on pourra faire changer l’autre pour le plier à ses propres projections.Non non non, on a testé pour vous, plus d’une fois et ça ne marche pas ! C’est bien aussi de faire ses propres erreurs, on apprend beaucoup sur l’être humain c’est sûr, mais si quelqu’un doit vous faire pleurer, c’est uniquement de rire… Et puis pour ma part, parfois on rencontre quelqu’un et on “l’épouse” tout de suite parce qu’on a le sentiment que c’est le bon et l’intuition donne un autre pouvoir magique : la confiance en soi !

Je vous mets au défi de chercher au fond de votre mémoire un souvenir douloureux et d’analyser la situation, de vous remémorer le moment où vous aviez dit, “De toute façon, au fond de moi, je savais que cela se passera mal et j’y suis allée quand même”. Ce n’est pas votre pessimisme qui parle mais c’est votre intuition que vous n’aviez pas écoutée. Selon Spinoza pour tout dire, j’ai bien fait mes devoirs, l’intuition serait la plus haute des connaissances ! Mais comme pour tout, cela se travaille, pour moi l’intuition reste le premier regard sur une situation, le pressentiment qui m’a envahie, la première impression que j’ai pu me faire sur quelqu’un.

Alors évidemment, des erreurs j’en fais toujours, parce que la peur s’en mêle mais même si je me retrouve dans une impasse au sens propre comme au figuré, j’en tire les leçons pour ne plus emprunter ce chemin une seconde fois. Mais ces erreurs de jugement, avec le recul, j’ai l’impression qu’au fond de moi,  j’en connaissais l’issu avant même que l’histoire ait commencé, il faut juste continuer d’apprendre et de tendre l’oreille…

Merci à l’équipe Estée Lauder pour sa confiance, à Annie Claire et Aurélie pour leur bienveillance, à Mai pour son talent, à Julie pour son perfectionnisme, et à la team citron, principaux testeurs de mon intuition, pour leur patience d’or. D’ailleurs pour l’occasion la marque organise un chouette concours sur sa page facebook, je vous conseille d’y aller faire un tour dans l’après midi. Je vous embrasse.

Lire la suite
DIY / 07.06.2016
Hola tout le monde ! On est tous très excités, voir sur-excités au bureau car nous avons de belles nouvelles pour vous : le soleil qui pointe son nez (et qui, on l’espère va rester indéfiniment) et nos maillots de bain Eva, le une-pièce et Ursula, le deux-pièces qui débarquent jeudi sur notre e-shop, à vos agendas ! Ces deux maillots de bain, c’est tout une histoire, quand NOO nous a contacté (sans jeu de mot s’il vous plait) pour faire une collaboration, on a sauté de joie au bureau, et pour cause, c’est une marque que l’on adore, autant pour ces deux créatrices bourrées de talents que pour leurs modèles de lingerie dingues ! On a cherché à avoir le meilleur de nos deux équipes, tout le savoir-faire en lingerie de NOO et notre touche citronnée du Lemonade Studio. Il fallait trouver la bonne coupe flatteuse, le détail qui tue et l’imprimé parfait. C’est ainsi que nous avons pensé Eva et Ursula dans un esprit un peu vintage mais pas désuet. Le deux-pièces Ursula a été difficile à modéliser et prototyper mais toute l’équipe de NOO a compris tout de suite ce que l’on souhaitait, même si le volant nous a donné du fil à retordre… et comme Anaïs et Elissa de chez NOO ne font pas les choses à moitié, elles nous ont donné le patron pour le fabriquer chez vous ! Alors en guise d’avant goût nous vous offrons ce pas à pas élastiqué, à attendant d’ajouter à votre panier nos derniers nés ! Vivement jeudi !

Pour faire le maillot de bain Ursula il vous faudra :

  • 1m de tissu lycra pas trop épais en 1,40m de laize, nous avons trouvé ces Liberty chez Motif personnel, les fleurs multicolores ici et les fleurs blanches et rouges ici,
  • 0,45m de bande anti-glisse pour bustier (vous trouverez facilement en mercerie ou même sur internet),
  • 1m de laminette (ce n’est pas obligatoire) aussi en mercerie ou sur internet,
  • du papier de soie,
  • du masking tape,
  • et notre patron téléchargeable ici !

Nous allons commencer par la culotte qui est en 5 parties, 3 pour le devant, 1 pour le dos et un fond de culotte. Attention à bien rajouter 1cm supplémentaire sur la ligne du patron qui formera le tour de cuisse. Commencez par le devant de la culotte, comme nous allons faire une couture anglaise, épinglez les petits côtés au devant, envers contre envers, et piquez à 0,5cm.

Retournez la couture que vous venez de faire et cette fois-ci épinglez endroit contre endroit et piquez à 1cm. Prenez votre dos et épinglez-le au devant. Faites également des coutures anglaises, épinglez envers contre envers, piquez à 0,5cm puis retournez et piquez à 1cm.

Lire la suite

nouvelle zelande / 06.06.2016

Happy Monday la compagnie !

Bon… Aux grands maux les grands remèdes! Même si hier on a eu droit à 5 minutes de ciel bleu qui ont fait littéralement fondre les réseaux sociaux, aujourd’hui c’est gris, toujours gris. Donc je vous apporte du soleil, pour vous donner du courage pour la semaine ! Après Auckland, direction Christchurch sur l’île du Sud. Je ne vais pas vous mentir, cette ville ce n’a pas été mon coup de coeur esthétique absolu, mais je pense que cela vaut quand même le détour, pour tout un tas de bonnes raisons ! En plus d’avoir été le point de départ pour visiter les alentours, Hamnpers Springs, Akaora et Chrischurch sont des boules d’énergie, un endroit un peu hors du temps qui remet les idées en place et pour cause…

Cet endroit est vraiment à part… Christchurch est devenu tristement célèbre pour ses tremblements de terre et plus particulièrement celui du 22 février 2011, durant lequel 185 personnes perdirent la vie. Quelques mois plus tard un second frappa la ville causant l’effondrement de plusieurs bâtiments dans le centre-ville et poussant le gouvernement Néo-Zélandais à décider l’abandon d’une partie des quartiers de la ville. De nombreux bâtiments historiques comme la cathédrale, sont partiellement ou totalement rasés depuis.

Ces événements tragiques marqueront à jamais l’histoire des Néo-zélandais. Pendant des mois la ville a été fermée pour cause de travaux et d’évacuation des gravats… Et il y a même des quartiers qui sont restés fermés plusieurs années, une sorte de centre-ville fantôme. Et puis, petit à petit la vie a repris, les entrepreneurs et artisans qui s’étaient fait accueillir dans les villes voisines sont revenus. C’est tout cela qui donne à cette ville un visage si particulier, une énergie peu commune. Entre solidarité et audace, ces catastrophes leur ont donné une certaine urgence de vivre et d’oser. Comme si ces tremblements de terre avaient été de véritables électrochocs pour les habitants, qui se sont décidés à suivre leurs rêves. Il y a des dizaines de commerces, de restaurants aux concepts les plus novateurs et cools, qui ouvrent toutes les semaines. Pour les fous de merchandising que nous sommes, nous avons un peu perdu la raison ! La ville invite aussi des artistes à réaliser des fresques sur les bâtiments en travaux, il y a plein de petites expositions de street art à tous les coins de rues. Pour les amoureux du Posca, je pense que c’est un stop obligatoire si vous voyagez en Nouvelle Zélande. C’est aussi le festival des food trucks… On mange super bien à Christchurch !

N’oubliez pas de cliquer sur les flèches à gauche et à droite de la photo pour faire défiler la galerie ! Vous y verrez un petit aperçu de la ville…

C’est aussi à ce moment là que l’on a rencontré Marcia Butterfield, l’une des co-fondatrice du si beau city guide Neat Places, dont je vous parlais dans l’article précédent. Marcia nous a fait visiter son Christchurch à elle en nous montrant les endroits où faire du shopping,  pour découvrir les designers locaux et où prendre un bon café dans le dernier endroit fraîchement ouvert encore un peu tenu secret… J’adore découvrir les villes au travers des yeux des locaux. Je pense que c’est un bonne façon de se faire surprendre et de sortir des sentiers “routards” battus. Amusez-vous aussi à explorer Instagram avec la location pour préparer vos voyages…

Puis pour notre premier jour de “mauvais temps”, qui n’a duré que quelques heures, nous nous sommes rendus au Farmer Market que je vous conseille, parfait pour déjeuner, vous pouvez picorer toutes sortes de choses hyper fraîches dans une ambiance conviviale, le tout bercé par de la musique live des groupes du coin. Le marché se trouve à l’intérieur d’un parc, autour de la plus ancienne maison de la ville Riccarton House, au bout d’une allée, au 16 Kahu Road. À faire absolument !

N’oubliez pas de cliquer sur les flèches à gauche et à droite de la photo pour faire défiler la galerie ! C’est vraiment mon coup de coeur pour cette ville ce marché mais attention, il n’y a lieu que le samedi !

  • Pour vous résumer Christchurch en quelques adresses:
  • Pour faire un bond dans le rétro-futur et aller réceptionner ces frites propulsées dans des tuyaux à air comprimé rendez-vous: C1 Expresso, Corner High&Tuals Streets, Christchurch.
  • Pour déguster un café dans un Dinner futuriste et minimal : Supreme, 10 Welles Street,
    Christchurch.
  • Pour manger un rêve de cuisine asiatique, et penser à moi en prenant la feuille d’épinard : King of Snake , 145 Victoria Street, Christchurch
  • Pour dormir nous sommes restés à l’adorable boutique hotel Montréal, comme son nom ne l’indique pas, on se croirait en pleine campagne anglaise, prêt à enfourcher un cheval pour jouer au polo !
  • Pour aller faire du shopping et découvrir les créateurs Néo-zélandais, et ramener des souvenirs pas trop “souvenirs” rendez-vous aux containers réaménagés du projet Re:start dans le centre ville de Christchurch.
  • Pour aller voir comment les Néo-zélandais mastérisent le centre commercial en quelque chose d’élégant et plein de bon goût, rendez-vous : The Tannery, 3 Garlands Rd, Woolston, Christchurch.
  • Pour aller se faire du bien au yeux, rendez-vous au jardin Botanique de la ville. Vous savez comme je ne réponds plus de rien quand je croise une fleur, alors là c’était la folie !  6 Rolleston Ave, Christchurch.
  • Et si vous voulez avoir une “kiwi expérience”, je vous conseille d’aller visiter la réserve  Willowbank Wildlife. En plus de voir des Kiwis, vous pourrez voir toutes les espèces d’oiseaux que vous ne verrez que dans ce pays… Endroit parfait si vous voyagez en famille.

À quelques kilomètres de Chirstchurch, comptez environ 1h30 en voiture, il y a Hanmer Springs. Déjà,  juste la route est un spectacle à part entière… En avril on ne croise pas grand monde, et à chaque virage c’était une fête, je voulais m’arrêter toutes les 5 minutes pour faire une photo, comme une collectionneuse de coquillages compulsive. J’ai eu la sensation que plus nous descendions dans le Sud de ce pays, plus c’était beau, vraiment vert et complètement dingue. Une sorte de crescendo de beauté. En parlant avec les locaux, je me suis rendue compte que toutes les saisons dans cette région offrent des paysages diamétralement opposés, en avril c’est la fin de l’automne et quelques semaines plus tard, toutes ces montagnes deviendront blanches, ça doit être être quelque chose de vraiment unique.

Lire la suite