inspiration / 16.09.2017
Non mais ce titre d’article !!!

 Je ne sais pas par où commencer ! Monoprix quoi !! Vous vous rendez compte ? Moi, j’ai du mal à intégrer tout ce qui vient de se passer pendant ces 18 derniers mois ! Je pense que je vais commencer à réaliser quand je vais croiser ma bobine dans la vitrine dans le Monoprix du coin de ma rue… ( ce n’est pas encore fait !)

 Des collaborations, vous savez, j’en ai fait pas mal maintenant. Mais celle-là… Elle me fait l’effet d’une coupe de champagne qui ne se vide jamais ! Elle pétille, depuis le début, avec beaucoup d’intensité au fil des mois et ça ne fait que commencer paraît-il ! J’aimerais juste que vous preniez un instant, pour imager ma tête, le jour où nous avons reçu le mail de Monoprix qui nous invitait à se rencontrer… La fin du rendez se déroule et je comprends ce qui vient de se passer. Les filles de chez Monoprix étaient venues nous demander si cela nous tenterait de faire une collaboration ensemble …  Laissez-nous réfléchir 2 secondes ? OUI !

La porte du studio se referme sur cette réunion, et là … danse de joie, musique des années 90 (de qualité) à fond dans le bureau et chorégraphie chaloupée de la victoire… Du n’importe quoi ! Et puis, impossible de passer à autre chose pendant plusieurs jours. Je griffonne des listes de choses qu’il serait possible de faire ensemble, avec cette impression d’être Jo dans le roman de Grégoire Delacourt, La Liste de mes envies. Je commence par lister des choses timides et faciles et après ma trentième liste, j’ai la folie de grandeur… On se calme Lisa Gachet. Bref avec Monoprix, je l’avais bien compris, le mot d’ordre a été : «  Sky is the limit » .

Vous savez, pour Wear Lemonade, j’ai de grandes ambitions et l’une d’elle est que ma marque de vêtements devienne une marque globale de lifestyle, avec du linge de maison en passant par une ligne enfant, de la déco aux sacs à main, le tout saupoudré de papeterie et de quelques paires de chaussures ou bien de lunettes… J’en passe et des meilleurs mais comme tous les grands rêves, cela prend du temps. Beaucoup de temps.  Déjà,rien que pour formuler ses voeux à l’univers et que ce dernier, vous donne la rage, le courage, l’énergie et les opportunités pour accéder à vos requêtes !

Alors petit à petit, je fais mon chemin, et puis soudain, il y a cette rencontre avec Monoprix qui me donne un avant-goût de mes rêves les plus fous ! Alors c’est sûr, je n’ai encore pas la sensation d’avoir atteint mon but, mais peut-être juste la sensation de caresser d’un peu plus près les étoiles qui illuminent le plafond de mon petit cerveau.

C’est très excitant, et cela me rend très heureuse de me dire que c’est possible. Cette collaboration, je la vois comme une énorme chance pour raconter une histoire avec plein de fins possibles et surtout beaucoup de chapitres !

Monoprix est une institution, c’est là où l’on vient faire ses courses pour se nourrir, une chose essentielle de la vie vous me direz. Mais je suis sûre, que pour vous aussi, c’est au Monop’, que vous avez pu trouver la petite blouse parfaite qui ne vous quitte plus. Ou bien ce pull en cachemire doudou que vous aviez initialement prévu d’offrir à votre père mais que finalement, par un hasard incongru, le pull en question a terminé sur votre dos à vous… Ou encore ce soutien gorge en dentelle si confortable et sexy, qui fait pâlir de jalousie vos copines dans les vestiaires de la salle de sport. Et c’est là, aussi, que vous avez déniché cette tasse géante, que vous allez chercher tous les matin sur la pointe des pieds dans le placard de la cuisine, votre mug favoris. Alors Monoprix, oui, c’est pour le quotidien, pour aller chercher son déjeuner, ses courses pour le dîner mais je suis sûre que vous êtes comme moi, à toujours ressortir avec quelque chose qui n’était vraiment pas nécessaire, mais pourtant complètement indispensable à votre vie…

Pour Confettis Factory, j’ai imaginé cette collection comme une fête. La même fête que ça a été ces 18 derniers mois d’imaginer cette collection. Exit les teintes automnales, vive la couleur ! Car honnêtement le mois de septembre, c’est un peu l’été qui joue les prolongations. Donc, il est hors de question d‘investir dans du rouge bordeaux, du bleu marine ou du vert sapin pour le moment. C’est donc avec une explosion de couleurs que j’ai voulu imaginé cette histoire. Chaque pièce a été imaginée comme un potentiel coup de coeur, un petit trésor qui fonctionne tout seul ou avec l’ensemble de la collection…

Pour les habits, nous avons imaginé un vestiaire de nos indispensables : une jupe, une robe, une combi, une salopette, un pantalon, une blouse, une chemise et un manteau de mi-saison (mon chouchou). Des basiques revisités pour la rentrée, des vêtements pour la vraie vie dans lesquelles on se sent unique et invincible. Que demandez de plus ? Des petits prix peut-être ? Et bien cette capsule est un véritable cadeau ! Monoprix se chargeant de la production (car l’échelle de nos productions n’étant visiblement pas les mêmes) nous vous proposons de vous offrir du Wear Lemonade à un petit prix. Enfin du moins plus que d’ordinaire, parce que vous savez que l’on abuse vraiment pas avec nos marges !

Et pour ceux qui ne le savent pas, mes premiers petits pas en tant que styliste ont commencé avec la mode enfantine. Cela a été donc une joie d’imaginer la déclinaison de nos modèles pour les petites filles ! Bon, les petits mecs attendront encore un peu, mais j’adorerais me replonger dans cet univers là un jour prochain…

Vous commencez à nous connaître donc je pense que vous vous doutez du plaisir qu’on a eu à travailler sur cette collaboration, notamment pour la partie vêtements. Mais pour tout vous dire, là où ça a été l’éclate totale, c’est quand il a fallu dessiner la vaisselle, la décoration et la papeterie ! Quel terrain de jeu ! C’était si cool, vous n’avez pas idée ! Oui, parce que mon autre passion après la quête des vêtements parfaits, c’est la décoration et tout ce que cela englobe ! Je vais donc vous laisser découvrir très vite ces objets tout en rondeur mais j’espère que vous pourrez deviner que les bords de nos assiettes arrondies sont un clin d’oeil aux festons des stands de lemonade et que la petite boule jaune sur haut de la théière renvoi à notre agrume totem…

Je vous embrasse et je trépigne de vous lire !

Venez nous rencontrer du 13 au 24 septembre au 123 rue de turenne à Paris, de 11h à 20h, nous sommes ouverts tous les jours !Après je ne vous cache que depuis l’ouverture le stock s’envole très vite et il se peut que l’on ferme un peu plus tôt que prévu…N’hésitez pas à vous abonner à nos alertes stock sur le eshop si jamais nous avons le retour d’un de vos coups de coeur !

Je vous embrasse tellement fort !

Lisa

Ps: Vous n’avez pas idée de comment on a bossé et comment je suis fière de mon équipe de numéros 10…

Photos: Douglas Macwall, Make Up Laurence Maestrello, Hair Amélie Gallon. Lemonade girls : Coline Omasson et Tâm <3

Lire la suite
Couture / 04.09.2017

Bonne rentrée les oiseaux !

Ca y est, il est temps, c’est bon je peux officiellement vous annoncer la sortie de Gloria ! Pour la simple et bonne raison qu’il s’agit de la robe de mariée de ma meilleure amie, et qu’elle s’est mariée ce week-end et qu’il est désormais possible de partager tout cela avec vous, il n’y plus de secrets, plus du tout …

Vous avez tellement adoré la robe de mariée Lolita, que l’on s’est dit qu’il lui fallait une petite soeur… Je ne compte plus les photos que nous avons reçu de vous dans cette robe lors de vos mariages, ça me fait tellement chaud au coeur ! J’espère sincèrement qu’elle vous portera plus de chance à vous qu’à moi ! Non mais plus sérieusement, j’avais envie qu’avec Laure nous travaillions sur un nouveau modèle, rétro, chic et surprenant ! Je me souviens lui avoir fait un mood board : je voulais du long mais bon finalement on est resté court, je voulais un maxi décolleté mais bon finalement on a presque un col roulé (je sais, ce n’est pas un col roulé mais vous saisissez l’idée…). Tout ça pour dire qu’il ne faut jamais avoir trop d’idées arrêtées sur quoi que ce soit et surtout en couture…

Et même, pour tout vous dire, à l’époque je venais de voir l’épisode de Girls, celui où Marnie se marie, et j’étais devenue dingue de sa robe ! On fait des screenshots avec Laure, on se documente. Une sorte de robe longue cache-coeur  avec des manches pattes d’éléphant en dentelle… Laure redessine, elle fait une première toile et là, je ne sais pas, ce décolleté hyper profond, ça sent la galère, pour qu’elle tombe parfaitement sur les poitrines toutes différentes. Et comme le sentiment qu’il y a quelque chose qui ne nous ressemble pas. Je demande à Laure de couvrir le décolleté avec du tissu, la robe était montée sans manche. Et, par un hasard inexplicable, Laure pose le tissu négligemment et il forme un col hyper rétro et Bim ! Je crois que nous avons LE truc ! Laure retravaille, nous décidons de faire le décolleté dans le dos, et que la jupe soit plissée. Mais vous pouvez choisir le type de plis qui vous inspire le plus : plats, creux, ronds ou même froncés. Laure vous a fait des petites fiches explicatives hyper claires ! 

Et puis, au mois de juin, ma douce Justine est venue à Paris, passer un week-end pour coudre sa robe de mariée ou plutôt pour me tenir le pot d’épingles ! Et comme je suis la personne la plus organisée du monde, j’avais oublié que c’était le week-end du salon Instagram au carreau du temple (aka le micro-onde du temple). Je vous dis ça, parce que cette journée a été éprouvante avec la canicule et l’absence de clim dans ce monument parisien classé… Donc ma Justine a passé une partie de la journée avec Laure à couper sa robe et à l’ajuster à ses mesures pour qu’elle soit parfaitement parfaite… Le samedi soir, trop contentes de toutes se retrouver, nous avions décidé d’aller boire juste un petit verre, pour fêter ça avec notre amie Alexandra… Promis on reste sage, on a de la couture à faire le lendemain. Bon ben vous voyez le truc venir… On est rentrées il faisait jour. J’étais debout depuis environ 24h. Vers midi, on émerge et on se met un petit coup de pression pour migrer de mon canapé à celui du studio. Et finalement, je me lance derrière la machine à coudre pour tenter de faire apparaître cette beauté de Gloria en satin de coton. Et bien vous savez quoi, je suis une bien meilleure couturière quand j’ai une gueule de bois, bien plus concentrée à ne pas faire d’erreur qu’en temps normal… (attention les gens, ceci n’est pas une bonne idée de boire avant de prendre le volant ou la machine à coudre, ni de boire tout court de toute façon, ou sinon on le fait avec modération… ) Je suis sérieuse, c’était fun mais j’ai ramassé toute la semaine… Mais Gloria était là, faite avec tout mon amour et les réminiscences de la piste de danse de la veille…

Et je peux vous dire aujourd’hui que la mariée était sublime et qu’au studio nous avons chacune notre Gloria !

Je vous laisse avec la vidéo explicative de Julie, les pas à pas du livret ont été shootés dans un autre tissu…  Merci à Laure et Anaëlle de s’être prêtées au jeu des photos ! Et à Laurence pour avoir immortalisé ces 3 Gloria ! Une histoire de femmes, encore !

Ce qu’il faut savoir pour Gloria :
– Le Patron de Gloria évidemment !
– Pour la version normale (c’est à dire froncée) vous aurez besoin de 2m de tissu pour la taille la plus grande dans un tissu d’1m40 de large,
– de 4 petits boutons recouverts,
– vous pouvez réaliser cette robe dans n’importe quelle matière mais c’est tellement plus joli dans un tissu fluide.
– Attention, reportez-vous aux explications des plis avant de vous lancer dans l’achat du tissu car la consommation varie selon les plis utilisés…
– Téléchargez les étapes ici pour la version plis plats ou la version plis ronds et creux.
1- Montez votre buste et mesurez le bas.
2- Choisissez votre version, à plis ronds/creux ou à plis plats.
3- Dans l’article, téléchargez les étapes et imprimez-les.
4- Armez-vous des étapes, d’une feuille,  d’un crayon, d’une calculatrice et d’un peu de patience, lancez-vous!
Et si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à envoyer un mail à laure@makemylemonade.com
Lire la suite
Couture / 07.08.2017
Bonjour les citrons,

Je voudrais commencer cette semaine en vous remerciant pour tous les commentaires que vous m’avez laissés sous l’article précédent, les réactions qu’il a suscité m’ont énormément touchée vous n’avez pas idée. En lisant vos mots, mails ou même en discutant avec vous quand j’ai pu croiser certaines d’entre vous, tout cela m’a littéralement fait un bien fou. Et c’est presque complètement décomplexée que je viens vous raconter la collection Pince-me, Pince-moi ! Je pense que mon questionnement sur la place de Wear Lemonade, ici sur ce blog, m’a chamboulée et presque empêchée d’écrire ces lignes… 

Alors pour vous raconter un peu ce motif homard, il avait été dessiné pour la collection Princesse Tam-Tam mais pour une raison de politique interne inhérente aux grosses entreprises, mes homards ont été annulés. Tristesse infinie. J’ai donc décidé de ne pas me laisser abattre et je n’avais absolument pas envie de remettre à l’année prochaine l’utilisation de ce motif. Et en parlant au bureau, on s’est dit qu’il était peut-être possible d’ajouter une petite collection pour le plein été, car toutes, au bureau, avons fait le constat que nous ne portons que 10% de nos valises en vacances et que nous faisons tourner toujours les mêmes vêtements. Alors, après de nombreuses discussions enflammées avec Laure, on s’est dit qu’il fallait que l’on imagine la valise parfaite. Des pièces confortables, faciles, qui nous flattent et que l’on ait envie de porter tous les jours. C’était un pari ambitieux mais un exercice que nous avons adoré faire, et c’est ainsi que Pince-me et Pince-moi est arrivé au studio. La valise idéale, décalée avec des homards, parce que je ne sais pas si vous avez remarqué, mais le motif homard est clairement le nouvel ananas… 

Et puis, il faut que je vous raconte ça parce que j’adore cette histoire… Dans la vie, vous ne le savez pas mais j’ai une impressionnante culture musicale des tubes pourris des années 90, des classiques vieillots de la chanson française, et des chansons de fin de soirée pour mariage. Les « guilty pleasures » c’est un peu mon autre passion … Je devrais vous faire des playlists car je me rends compte que ma connaissance pour ces titres est hallucinante. Mais cela ne se limite pas aux paroles, j’ai des souvenirs très précis de vêtements et de décors de tous ces clips que j’ai regardé durant des milliers d’heures, ado devant MTV, MCM ou M6. Pour les années 80, 90 je suis calée. Mais pour les chansons plus anciennes, je peaufine mon savoir en regardant des vidéos sur Youtube de vieilles émissions de télé : Joe Dassin, Dutronc, Eddy Mitchell et plus encore, nourrissent mes insomnies.

Je vous voir venir, je pourrais clairement utiliser ces capacités d’absorption d’informations pour passer mon code ou apprendre une nouvelle langue. Mais non, je suis capable de retenir le plus infime détail de la tenue d’un clip de Sheila mais pas le panneau de fin de priorité. C’est moche. Je vous raconte ça parce que je voulais faire une combi-short en éponge depuis longtemps, un truc un peu 70’s. J’adore cette matière pilou, et par chance un de nos supers fabricants portugais avait un velours éponge d’une super qualité, il ne manquait plus que la forme parfaite. L’idée de la combi était restée dans un coin de ma tête, jusqu’à ce que je tombe sur une performance télévisée de Claude François, « Si je vais à Rio ». ALERTE ROUGE, la combishort en satin des Claudettes est divine ! Quoique un poil courte si vous voulez mon avis mais démente. J’en fais part aux citrons qui sont conquis ! Je pense qu’au bureau nous avons un goût commun pour les chansons improbables et des références très pointues en terme de comédies musicales douteuses… Je m’égare, mais je vous laisse regarder cette vidéo de Cloclo et m’en dire des nouvelles ! Donc nous décidons d’adapter le haut de notre robe Dita sur un petit short pas trop court et de lui ajouter un liseré blanc sur un coquelicot vibrant et un bleu Navy pour un look rétro à souhait. Et boum, je vous présente naturellement Claudia ! 

Pour ceux et celles qui seraient passés à côté, nous avons eu la chance de collaborer avec Modes & Travaux cet été, pour 5,95 euros vous pouvez avoir le magazine et le patron de la combinaison Claudia ! Et nous avons décidé de vous l’offrir en bonus à vous, à nos abonnés PDF aussi… Donc, c’est un peu la fête ! Vous trouverez la vidéo ci-dessus. Nous vous préparons d’ailleurs une autre grosse surprise avec ce magazine mais je vous en parlerai plus longtemps le moment venu, promis (j’ai mille choses à vous raconter à ce sujet ). Les informations à savoir pour coudre Claudia :  Ce patron est destiné à être cousu dans de la maille. Si vous craquez cependant pour du tissu, coupez-le en biais pour les jambes et coupez la taille au dessus de votre taille habituelle. Nous conseillons vraiment de la maille, mais un tissu contenant de l’élasthanne peut faire l’affaire.

  •  Il vous faudra 2 m de tissu pour une laize de 1,40 m. 
  •  Pour une finition au top, prévoyez 6 m de biais pré-plié dans la couleur de votre choix et un cordon/lacet/gros grain d’1m50. 
  •  le patron est à télécharger dans votre espace d’abonnement au Lemonade Pattern Corner, il faudra assembler une quarantaine de page ou sinon c’est plus simple retrouver le patron entie acheter dès aujourd’hui dans le numéro d’Août de Modes et Travaux pour 5,95 euros!

Je vous embrasse et vous partage très vite le tutoriel de la jupe qui tourne : Maeva. Mais je vais laisser Laure, notre reine des patrons, vous raconter tout cela ! A très vite. Photographies Laurence Revol. Make up Laurence Maestrello.

Lire la suite