Couture / 26.04.2016

TA-DA ! Excitation maximale comme chaque trimestre, je vous l’accorde, mais cette fois-ci c’est un peu différent ! Un peu différent car Vendredi 29 cela fera 1 an que l’aventure du vestiaire Wear Lemonade a commencé. Je n’en reviens pas, mais alors pas du tout ! C’est différent aussi car vendredi nous aurons un nouvel e-shop ! 2016 l’année du changement numérique pour nous ! Et pour cette collection, toute l’équipe a vraiment grandi en la faisant et on n’y a mis toute notre énergie, notre folie et notre coeur, donc voilà c’est de l’émotion une fois de plus !

Vous y croyez, vous ? Je vous parle de la cinquième collection Wear Lemonade… Ces 12 derniers mois ont filé à une vitesse phénoménale, 12 mois de petites prières pour que nos collections vous plaisent, pour que le site ne plante pas, pour que la poste ne perde pas vos colis, pour que l’on puisse recevoir les protos pour les shootings photo dans les temps… 12 mois à apprendre à vous connaître et à vous écouter (le plébiscite du “Mon petit chat”), à faire des erreurs que l’on ne refera plus (sortir une salopette short au mois d’août alors que vous êtes déjà en train d’acheter des collants), à faire des bonds de joie quand les ventes s’emballent (l’adrénaline d’avoir touché votre corde sensible), de se creuser la tête pour trouver des idées pour vous faire des petites surprises (l’expérience colis, le packaging, c’est ma passion). Et puis 12 mois à apprendre que rien n’est impossible si on se donne les moyens d’y croire assez fort.

Cette année a été la plus riche de toute ma vie et je suis très fière de vous livrer un aperçu de notre dernière collection “Les Baigneuses”. Cette collection, c’est le fruit d’un vrai travail d’équipe qui ne pense qu’à apprendre, mais aussi à prendre du plaisir dans ce qu’elle fait !! Nous avons eu mille retours de votre part sur le fonctionnement du site, on a observé vos comportements en tant qu’utilisateurs durant les ventes, lu vos mails avec des demandes de visuels plus grands, plus d’images, etc… C’est comme si on avait tout mis dans un shaker pour vous livrer le nouveau www.wearlemonade.com. Il reste donc deux derniers jours pour shopper la collection actuelle car jeudi le site sera en stand by (psst, il nous reste quelques tailles)…

Cette collection c’est aussi la première pour laquelle avons collaboré avec une illustratrice pour notre imprimé: Charlotte Molas, un petit bout de femme, que je connaissais depuis longtemps et qui s’est mise à l’illustration depuis seulement quelques années. Je connaissais son travail sans savoir que c’était elle qui se cachait derrière ces dessins-là ! Je trouve qu’elle a un coup de crayon très poétique, un poil désuet mais très moderne à la fois ! J’ai été folle de joie quand elle a accepté de collaborer avec nous pour nous dessiner un motif exclusif qui a donné le nom de la collection : Les Baigneuses !

Et puis que seraient des baigneuses sans maillots de bain ? Nous avons alors décidé de collaborer avec les meilleures, les supers nanas de Noo Underwear (Girl power quand tu nous tiens). Elissa et Anaïs sont les entrepreneuses de choc qui ont crée cette marque de lingerie et de maillots de bain : coupes, matières et service client qui n’ont rien à envier aux plus grands, elles assurent. Une amie nous a mis en relation et on s’est dit que l’on pourrait faire des merveilles ensemble ! Nous avons dessiné 2 maillots de bain indispensables, rétro à souhait ! Le deux-pièces à volant URSULA (Andress, oubliez la petite sirène) et le une-pièce à poches EVA (Green, toujours une James Bond girl ! )… Je vous en reparlerai plus longuement mi-mai lors de leur sortie !

Et puis on a bien aussi senti que lorsque que vous décidiez de venir vous habiller chez Wear Lemonade, vous cherchiez le petit truc en plus alors, pour les pièces les plus sages nous les avons signées de notre petit coeur bouclette, qui je pense est en train de devenir notre signature. Et comme j’ai aussi à coeur d’imaginer des pièces facile à vivre pour les jours sans inspiration, voici comment est née notre ANA,  la robe sweat que l’on porte sans se poser de question, avec une encolure bateau (on ne se refait pas) et un décolleté dans le dos (pas trop profond pour que vos soutien-gorgse restent toujours invisibles…).

Vendredi vous pourrez retrouver CHIARA, la petite dernière, dans un colorama de 5 couleurs ! Nous sommes parties à la recherche du plumetis parfait, délicat, avec un petit pois, blanc comme il faut, et pas transparent. Idéale pour les beaux jours ou carrément cool pour un mariage civil ! Et pour les fans de bleu, notre jean fin délavé, tout doux, qui ira avec tout ! Et on s’est dit qu’à l’approche de la saison des mariages et bals de fin d’année, Chiara serait parfaite dans un organza de soie léger, rayé, que nous avons a fait tisser avec nos envies colorées en Italie et doublée en habotai de soie pour parfaire vos tenues de cérémonies. On a soigné les détails je vous le dis ! Bref vendredi c’est Chiara qui débarque, avec notre Mon petit chat (qui est déjà en ligne pour les plus impatientes) et même nos lots de petites chaussettes PEPITA… Je vous embrasse fort et je croise les doigts à m’en casser les phalanges en espérant que tout puisse vous plaire !

Je voudrais remercier nos lectrices-modèles qui ont postulé pour être les nouveaux visages citronnés de Wear Lemonade, cela a été extrêmement compliqué de faire un choix et nous avons eu la chance de pouvoir réunir Mélanie, Sarah, Juliette, Liate, Aude et Grace, ces 6 fées sublimes et pétillantes qui ont su s’approprier à merveille les pièces de la collection ! Merci ! Merci à Laurence Maestrello pour ses make up parfaits, à Lydiane de chez Poppy Pantone pour ces looks chevelus super naturels, merci aux cils de Marie pour les yeux de poupée de Mélanie. Merci à Asos pour nous avoir prêté les chaussures. Merci évidemment aux Marins d’eau douce pour nous avoir suivis dans notre folie maritime ! Photo Laurence Revol et Vidéo Olitax, Musique Musicalist.fr

Lire la suite
Food / 25.04.2016

Bon lundi la compagnie !

J’espère que vous avez passé le bon week-end sous le soleil parce qu’à Paris c’était l’hiver de nouveau… Je mens, nous avons eu 2 rayons de soleil le temps de faire quelques photos de cette semaine démente ! Après l’invasion Sushis dans les années 2000, la cuisine thaï, les bentos par milliers maintenant c’est la folie de la Korean Street Food ! Ce n’est pas pour me déplaire, je m’engouffre littéralement dans la tendance, j’écume le restaurant Hero dont les buns aux travers de porc me font rouler des yeux, et dernièrement j’ai découvert SAam pas très loin de chez moi. Il y a quelques années à New York j’avais mangé des Kimchi balls sans connaître le nom et j’avais flippé pour la texture, le goût pimenté mais aussi pour le côté légèrement régressif du fromage qui fond au milieu, et puis cette petite boule de chapelure surprise, vraiment tout ce que j’aime. Alors l’autre jour je vois passez chez SAam ces petites boules de riz dans l’assiette d’un voisin et mes souvenirs remontent, je veux goûter ça ! Et là le flash back, je mets 2 heures à manger mes Kimchi balls pour essayer d’analyser la texture, les ingrédients avec une seule idée en tête me nourrir de Kimchi balls jusqu’à la fin de mes jours. J’ai donc expérimenté différentes recettes, et pour l’instant c’est celle-ci qui reste la plus stable ! Vous pouvez aussi mixer dans votre riz de la viande filandreuse blendée ou même avec des petits lardons, bref éclatez-vous et régalez-vous !

Pour environ 10 Kimchi balls, il vous faut :

  • 500g de riz rond à sushi mais pas de riz pour risotto,
  • Un petit oignon,
  • Une grosse poignée de champignons Shiitaké, très répandus dans les épiceries asiatiques.
  • Deux petites carottes,
  • Deux branches de céleris,
  • 100 g de petits pois congelés,
  • 2 pots en verre de Kimchi facilement trouvable dans les épiceries asiatiques.

Pour le montage, il vous faut :

  • Du fromage type emmental
  • un petit bol de farine
  • une petit bol de jaune d’oeuf
  • Et un dernier bol de chapelure ou de “Panko” , chapelure japonaise qui retient beaucoup moins de graisse à la friture et qui est super super croquante  elle est aussi, très répandue dans les épiceries asiatiques.
  • un bon litre d’huile pour faire frire vos Kimchi ball.
Tout d’abord vous allez voir, ce n’est pas compliqué même si la liste des courses à l’air longue, je vous assure que cela va bien se passer. Vous allez procéder méthodiquement et surtout bien patienter entre deux étapes sinon cela va devenir un peu “mimi cracra style”.
Commencez par faire cuire notre riz rond. Pour celles et ceux qui l’ignorent, pour faire un bon riz, il faut d’abord le laver. Alors, avant de faire bouillir l’eau, rincez votre riz rond de façon à rendre le plus clair possible l’eau dans laquelle vos petits grains de riz se baignent. Mettez le riz dans une casserole et ajoutez de l’eau, il faut que celle-ci recouvre le riz d’un peu plus d’un centimètre, pas plus. Couvrez avec le couvercle de la casserole et laissez cuire pendant 10-15 minutes en vérifiant de temps en temps que le riz en dessous ne brûle pas. Une fois l’eau complètement évaporée laissez refroidir complètement votre riz c’est important pour la suite.  Pendant la cuisson et le refroidissement de votre riz, émincez très très finement tous les légumes : oignons, champignons, carottes et céleris et faites décongeler les petits pois. Prenez vos deux pots de Kimchi, et réduisez en purée l’un, et débitez l’autre, en petits morceaux, je sais c’est un peu dégoûtant comme ça mais c’est important pour la suite.
Une fois que le riz est bien froid lancez-vous, dans une grande poêle ou dans un wok faites chauffer 2 cuillères à soupe de matière grasse, huile d’olive, pépins de raisin, coco ou beurre… Et ajoutez tous les légumes et le Kimchi émincé; laissez cuire à feu moyen pendant 3, 4 minutes; mélangez bien pour colorer l’ensemble, puis ajoutez le riz et le Kimchi réduit en purée et mélangez énergiquement pour le riz soit complètement coloré et les légumes répartis de façon homogène. Laissez cuire encore 5 minutes à feu doux. Puis sortez du feu et attendez environ 30 minutes que le mélange soit bien froid.
C’est la partie que je préfère, avant de vous lancer, préparez devant vous vos 3 bols de farine, de jaune d’oeuf et Panko, ainsi que votre emmental que vous aurez au préalable débité en petits cubes d’un centimètre. Lavez-vous bien les mains et gardez les humides, pour éviter que cela soit trop collant. Prélevez un petit de mélange riz/Kimchi/légumes, formez une boule entre vos paumes de mains d’environ 7 à 8 cm. Faites un petit trou, glissez-y le fromage et refermez avec un peu de riz, puis retravaillez un peu votre boule pour qu’elle soit bien ronde. Trempez-la dans la farine, dans le jaune d’oeuf et généreusement dans le Panko, quitte à redonner un petit bain de Panko à la fin pour que vos Kimchi Balls soient super crispy !
Maintenant dans une casserole pas trop grande, faites chauffer l’huile, et une fois que celle ci est bien chaude, mettez les Kimchi balls deux par deux et laissez les cuire environ 3 minutes mais surtout surveillez leur couleur, elle ne doivent pas devenir marron ! Sortez- les à l’aide d’un écumoire, égouttez-les sur du Sopalin© et servez chaud, surtout régalez-vous ! Moi je les ai servis avec une petite salade d’herbes dont je vous ai déjà parlé ici et de la sauce piment doux thai !
Lire la suite
Inde / 22.04.2016

EDIT : Chers tous je suis désolée c’est une ancienne et courte version de mon article qui a été publié je m’en excuse, je vous livre  la version complète de mon voyage ! Je vous embrasse !

Hello mes petits chats !

Merci beaucoup pour tous vos mots sur la semaine spéciale India ! Mon retour sur la planète citron est assez compliqué, ce n’est pas simple de tout quitter pendant 3 semaines ! Je jongle entre l’éditing de mes photos de la Nouvelle Zélande, et de la nouvelle collection Wear Lemonade ( hihihi)  et je me plonge avec délice dans mes archives pour clotûrer ces posts sur L’Inde ! Je suis ravie de me replonger dans ces images que j’ai faites il y a 6 ans, bien avant le blog, c’est assez drôle de voir l’évolution de mes photos ! J’espère que ces images vous plairont et vous donneront envie de partir avec votre sac à dos à la découverte de ce pays incroyable ! Je crois que j’ai très envie d’y retourner pour visiter la région du Sud de l’Inde… J’ai le sac à dos qui me démange pas mal en ce moment.

N’hésitez pas à cliquer sur les flèches pour découvrir toutes les photos ! Pour me replonger avec vous dans mon voyage, je suis partie en Inde avec ma meilleure amie, pendant un gros mois avec nos sacs à dos et nos guides du routard dans la poche. C’était un peu la fleur au fusil pour moi, Justine y était déjà allée quelques années avant et j’ai méchamment halluciné en arrivant à Delhi de nuit… Des rues sans façades, comme si une catastrophe s’était déroulée quelques jours avant. Les jeux du Commonwealth allaient se dérouler quelques mois plus tard et pour donner un petit coup de neuf à la ville, les immeubles étaient éventrés, histoire de ravaler uniquement les façades… Le pays des contrastes je vous l’ai dit, mais la claque en arrivant à été saisissante, la pauvreté sans filtre. Et puis après quelques heures des sommeil,  nous sommes parties dans les rues de Delhi pour aller à la gare et direction Agra, et le Taj Mahal. Vous l’aurez compris, d’entrée de jeu, Delhi ne me laisse pas un souvenir merveilleux… Bon et le Taj Mahal dans tout ça? Si nous savons pertinemment à quoi il ressemble je peux vous assurer que je n’ai jamais rien vu d’aussi beau, d’aussi dingue de toute ma vie, c’est à couper le souffle et d’une poésie architecturale sans pareilles !

Ensuite, nous sommes allées à Vanarasi aux confluents du fleuve sacrée le Gange. J’en garde un souvenir ému et très intense, intense parce que c’est un haut lieu de pèlerinage indien. La croyance hindoue est que prendre un bain dans les eaux du Gange laverait les humains de tous leurs péchés et qu’incinérer  un défunt sur les marches (Ghats) qui longent le fleuve puis disperser ses cendres dans le Gange  libèrerait son âme et lui permettrait d’élever sa condition dans sa prochaine vie, selon leur cycle de réincarnation.  Alors là, vous me dites que c’est super lourd et morbide comme ambiance mais je vous rassure, pas du tout. La mort fait partie intégrante de la vie des indiens et c’est même quelque chose qu’ils célèbrent, vraiment ne partez pas avec des a priori négatifs sur la ville c’est vraiment une merveilleuse destination, et découvrir  le lever du jour sur le fleuve, reste un de mes plus jolis souvenirs.  Puis, à une dizaine de kilomètres de Benarès ( autre nom pour Vanarasi) vous sommes allées à Sarnath, une cité bouddhiste.

Dans cette petite ville, nous avons séjourné dans un monastère bouddhiste tenu par des moines qui avaient fait voeu de silence, dans une chambre minuscule remplie de Gecko sur les murs, l’Inde, parfois, c’est un peu Fort Boyard au niveau des sensations… Et puis dans cette petite ville nous avons eu la chance de visiter une école, une école pour tous, les enfants issus de toutes les castes indiennes y ,reçoivent la même éducation petite fille comme petit garçon : la Bouddha’s Smile School. Je vous invite à vous y rendre, le couple qui s’occupe de cette école a aussi un petit restaurant juste à côté et vous aurez peut-être la chance de déjeuner avec les enfants car l’école se trouve juste derrière. Dans cette ville aussi, nous avons croisé une fête foraine de fortune, je me souviens d’avoir été émerveillée par tous les sourires dans ces manèges de bric et de broc… Puis il a fallu partir de ce petit coin de paradis, direction Bombay, nous avons quasiment traversé le pays dans la largeur, en train couchette pendant plus de 24h ! Trip épique, de bons souvenirs ! Et puis Bombay : Magique, décadente, complètement pop, et pleine de contradictions…

A Bombay, mes souvenirs se voilent un peu, je me souviens qu’il avait plu des cordes pendant quelques jours et que nous sommes allées au cinéma voir un Bollywood en hindi évidemment, mais pas d’inquiétude le jeu des acteurs est universel et n’oubliez que le spectacle se trouve aussi dans la salle, c’est une expérience à faire ! Nous avions dormi dans les dortoirs de l’armée du Salut donc point de Taj Mahal hôtel, à l’époque nous étions en mode sac à dos, tongs et sarouel en soie. Puis de Bombay, nous avons pris un avion direction Diu, une petite île plus au Nord de Bombay, à la frontière du Rajasthan. Diu c’est un peu un des derniers témoins de la colonisation portugaise indienne, pour tout vous dire, nous avons dormi sur le toit d’une église catholique transformée en chambres d’hôtes. C’était très cool car l’île était encore préservée du tourisme de masse et les longues plages quasiment désertiques. Je me souviens que nous avions fêté l’anniversaire de Justine sur le toit de cette église et qu’avec des ballons et du fil dentaire j’avais fait des guirlandes multicolores, je ne vous parle même pas de la tête du gâteau bien colorée transporté à l’arrière du scooter de notre hôte… C’était bien, Diu.

De notre petite île perdue, nous avons pris un bus de nuit, ce qui est le moyen le plus simple et économique de voyager dans ce pays, en direction de Jaipur. Nous voilà maintenant dans le Rajasthan. Et là une fois encore, ma mémoire me joue des tours. Je ne sais plus combien de villes nous avons visitées. Je me souviens de Jaipur, Jasalmer, Udaipur, Pushkar mais je crois que j’en oublie une ou deux… J’ai beaucoup aimé le Rajasthan, les palais qui sortent du désert, les randonnées à cheval dans les montagnes, les nuits à la belle étoile dans le sable à regarder des orages à l’horizon… Et puis,  je suis tombée amoureuse d’Udaipur. Udaipur, ce nom peut vous paraître familier, car la ville a servi de décor au Tigre du Bengale de Fritz Lang et à Octopussy, un James Bond. D’ailleurs tous les soirs, dans la grande majorité des restaurants de la ville,vous pouvez visionner le fameux James Bond, si bien que si vous restez quelques jours, vous risquez de connaître le film par coeur ! Cette ville, c’est aussi là où nous avons fait fabriquer nos bagues trois doigts !  Avec Pushkar ( notre dernier stop avant le retour) et Bénarès ce sont mes trois coups de coeur indiens, je ne sais pas si c’est le fait que ces villes soient entourées d’eau mais il y a quelque chose de très apaisant dans l’atmosphère des ces trois lieux, une sorte de sérénité qui parfois me manque cruellement ! J’espère que mes souvenirs et mes photos vous auront plu. Je vous dis à très vite pour une reprise des programmes do it yourself par ici !

Lire la suite