make-my-lemonade-les-gens-bien-lili-barbery-coulon

 

Bon lundi mes petits chats! 

Je commence cette semaine avec un nouvel épisode des gens bien… Cette rubrique si vous débarquez par ici, est une rubrique qui parle de mes héros du quotidien, les gens qui me sont chers, qui m’inspirent, qui me font hurler de rire, qui me font du bien… Et aujourd’hui je voudrais vous parler de Lili Barbery Coulon. Si son nom vous dit quelque chose, c’est sans doute parce que vous lisiez le Vogue, le Grazia, et qu’aujourd’hui vous foncez acheter le M du Monde dès sa sortie tous les vendredis, ou bien que vous êtes abonnés à son merveilleux blog: Ma Récréation. Lili, c’est l’une des plus belles rencontres que m’a permis Make My Lemonade, elle fait partie de ma garde rapprochée, de ma famille urbaine. Je sais que lorsque l’on s’appelle, je dois prévoir mon kit mains libres ou bien que je dois avoir au bas mot, 50 minutes devant moi. Et je ne vous raconte même pas les kilomètres de sms que l’on s’envoie avec Mai ( happy 3 ans d’ailleurs! ) et Lili c’est simple quand je n’ai pas le moral, je les relis… J’adore l’écouter, elle a toujours 100 histoires à raconter, un coup de gueule à partager, des idées à développer, des anecdotes à hurler de rire, des bons mots pour me rassurer. Lili c’est aussi quelqu’un avec qui j’adore travailler, je ne sais pas si vous vous souvenez, mais c’est avec elle qu’on avait fait la série “Ice ice baby” l’an dernier, et j’adorerais que l’on puisse continuer avec d’autres histoires! 

Je vous laisse avec Lili, la bienveillance incarnée, génie des mots, génial multitasking parisien, caméléon professionnel ayant comme fil conducteur l’excellence et la beauté.

 

make-my-lemonade-les-gens-bien-lili-barbery-coulon

 

” Question importante ” : Depuis quand as tu ouvert « Ma récréation » , et quelle a été ton impulsion de départ? 

J’ai mis Ma Récréation en ligne en novembre 2010. Ce projet mijotait en moi depuis près de 9 mois. Le temps d’une grossesse en somme. J’avais envie d’un terrain de jeu où je puisse m’exprimer sur d’autres sujets que ceux que je traitais alors à Vogue. J’étais leur rédactrice beauté et même si j’adore cet univers, j’avais envie d’écrire sur mes voyages, partager mes adresses, parler de cuisine et trouver des prétextes pour rencontrer des gens qui n’étaient pas dans mon secteur habituel. J’en avais envie depuis très longtemps de ce blog, mais je me suis beaucoup empêchée de le faire. J’avais peur de me mettre en avant, peur d’être jugée par mes homologues dans la presse écrite, peur d’être illégitime ou ridicule. Mais l’envie a été plus forte que les craintes.

 ” Question Curieuse “:  Comment fais tu pour tout gérer dans ta vie : Ton boulot, ta fille, ton mari, ton blog, tu as des supers pouvoirs? 

Je suis tout le temps sous l’eau et comme toutes les mères qui travaillent, j’ai souvent un sentiment de ne rien maitriser. Je travaille beaucoup trop, j’essaie de me discipliner pour travailler moins. C’est difficile. Une de mes amies me disait l’autre jour que je devais apprendre à me remplir de vide. Ce que j’essaie de faire avec la méditation. Mais c’est contre ma nature. Je me sens plus vivante lorsque j’ai relevé des défis qui me semblaient inaccessibles. C’est une vraie pathologie, j’en suis consciente. En tous cas, je me garde comme règle absolue de passer mes mercredis après midis avec ma fille. Je m’y tiens presque tout le temps. Et ça lui fait du bien à elle autant qu’à moi. 

 

make-my-lemonade-les-gens-bien-lili-barbery-coulon-4

 

“Question qui me turlupine”: Le parfum, la cosmétique, la beauté en général, sont des choses qui ont toujours fait sens dans ta vie, ou bien ces sujets ont juste croisé ta route?

Quand on regarde le chemin qu’on a parcouru, il finit toujours par faire sens. Quand j’étais enfant, comme beaucoup de petites filles nées dans les années 70, je collectionnais les échantillons de parfum. J’adorais les sniffer les uns après les autres. Je me souviens que j’ai eu très tôt des goûts très marqués pour des fragrances inattendues, comme Egoiste de Chanel, un masculin que je me suis mise à porter à 14 ans, avec une passion dévorante. J’aurais pu boire ce truc tellement ça me plaisait (ne le faites pas hein!?). Mais je n’ai jamais imaginé que je travaillerais un jour dans ce secteur. Je me voyais chanteuse, comédienne, créatrice de vêtements, de costumes, dessinatrice. Bref, j’avais bien du mal à savoir ce que je voulais. Après mes études, j’ai du travailler très vite car je n’étais pas aidée financièrement, je me suis trouvée ce que je croyais être un petit boulot: je suis entrée chez Colette, le concept-store parisien, en pensant que ça ne durerait que quelques mois. Puis, de fil en aiguille, j’ai commencé à travailler pour leur bureau de presse. Ils vendaient plein de jolies marques à l’époque inconnues en France: Nars, Kiehl’s, Bliss, Aesop… C’était merveilleux de rencontrer les créateurs, d’écouter leurs histoires. C’est comme ça que j’ai rencontré Lyn Harris, le parfumeur derrière Miller Harris. Me plonger dans son laboratoire à Londres m’a donné envie d’en savoir plus. Et puis, j’ai quitté le métier d’attachée de presse et j’ai commencé à écrire pour la rubrique beauté de Vogue en 2003. Je me suis spécialisée au fil des rencontres et des diverses formations olfactives que j’ai demandé à faire pour me sentir plus à l’aise avec ce vocabulaire particulier.

” Question de substitution “: Si tu ne n’avais plus le droit ( privée de dessert ) de parler de beauté, quel serait ton autre domaine de prédilection?

J’écris déjà sur plein d’autres sujets pour M le magazine du Monde ou pour mon blog. J’adore les voyages, je pense que c’est mon activité favorite et j’aime beaucoup dénicher des adresses. Dans une ville que je ne connais pas, je sillonne, j’entre partout, je me sens comme un détective, c’est tellement excitant. Et puis, tu parles de dessert: je suis tellement gourmande, je pourrais passer des heures avec des pâtisseries et des chefs à les écouter me parler de leur travail. 

” Question madeleine de Proust “: Quel est ton premier souvenir olfactif?

Je me souviens de l’odeur de la terre humide dans une maison de campagne que j’aimais beaucoup. C’est un souvenir assez heureux, des ongles courts qui grattent le sol dans le jardin à la recherche de vers de terre. Je me souviens bien de l’odeur de la petite chambre où je dormais. Mais étrangement, l’une des odeurs qui m’ait le plus marquée petite est celle de la cave de l’appartement que nous occupions à Orléans. Il y avait plein de souvenirs joyeux dans cette cave: les vieux jouets, des trésors. Ça sentait la pierre, le bois mouillé et la poussière. A chaque fois que je suis dans une cave à vins, ça m’émeut profondément. C’est comme si ça synthétisait mes espoirs d’enfant. 

 

make-my-lemonade-les-gens-bien-lili-barbery-coulon-1

 

” Question outre tombe “: Si tu avais la possibilité de ramener une personnalité disparue, le temps d’une interview ça serait qui?

Sans hésitation, je ferais venir mon père qui est mort il y a bientôt 25 ans; dans quelques années j’aurai l’âge qu’il avait quand il est parti. J’aurais bien aimé avoir une discussion d’adulte avec lui. Lui poser des questions, entendre sa voix…

” Question Doudou “: Qu’est ce que tu te prépares à manger pour te remonter le moral?

 J’ai mis très longtemps à comprendre que ce que je prenais pour de la feel good food (chantilly, pâtisserie, sucrerie, raclette et trucs bien gras) me mettait en fait le moral à zéro. En ce moment, je suis assez stressée car il faut rendre plein de numéros avant de partir en vacances. Du coup, le matin, je me prépare des salades de fruits de dinguo comme si j’étais dans un palace, je m’achète des bons fromages, du pain au maïs, je me fais des oeufs… Bref, un petit déjeuner de reine mais plutôt sain et je suis prête à tout affronter après ça. Si j’ouvre le frigo le matin et qu’il n’y a rien, j’ai envie de me pendre dans la seconde… 

” Question nostalgie “: Quel métier tu aurais détesté faire enfant?

Médecin. J’avais une santé très fragile. Tout ce qui tournait autour de l’hôpital me mettait la nausée. Et même aujourd’hui, je sais que je n’aurais jamais pu soigner, je ne suis pas faite pour ça, je suis beaucoup trop dans l’empathie. 

 

make-my-lemonade-les-gens-bien-lili-barbery-coulon-2

 

 ” Question: C’est du propre “: On trouve quoi sous ton bureau?

 Aujourd’hui, il y a une paire de ballerines en plus de mes talons pour ne pas me défoncer les orteils et le dos, un sac rempli de vernis que je veux tester ce weekend et un pack de bouteilles d’eau. Ça, c’est au journal. A la maison, mon bureau est submergé par une tonne de paperasse, il y a trois paires de chaussures qui trainent et des tas de machins qui devraient être rangés à leur place. Exaspération du mari…

” Question piège “: Quel est le pire cadeau que l’on puisse t’offrir?

Un aspirateur.  

” Question Inavouée “: Quelle question ( jamais posée ) aimerais tu que l’on te pose?

Ça je ne sais pas. Je suis du genre à tout dire, toujours trop, peut être que je ne laisse pas le temps aux autres de me poser des questions, hé hé hé!

 

make-my-lemonade-les-gens-bien-lili-barbery-coulon3

 

” Question Madame Soleil “: Où te vois-tu où dans 10 ans ?

Je ne sais pas. J’essaie de ne pas trop me projeter. Mais d’être pleinement dans le présent, c’est déjà tellement difficile.

 ” Question du Elle “: Qu’as tu toujours dans le fond de tous tes sacs à main?

Mon bip pour entrer au Monde, un baume pour les lèvres, des élastiques pour les cheveux, des tickets de taxis et de carte bleue que je garde, je ne sais pas trop pourquoi d’ailleurs, un stylo, des écouteurs pour mon Iphone, un carnet pour prendre des notes.

” Question survie “: Si tu ne devais emprunter qu’un seul objet avec toi cet été, hormis ta valise pleine de vêtements, lequel serait-il ?

mon appareil photo reflex. Ca va être le moment où je vais avoir le temps de me poser, de regarder ma fille pousser, de cuisiner, d’observer l’herbe qui jaunit, la roche qui blanchit dans les cévennes. Jen rêve! et je vais mitrailler à fond. 

( d’ailleurs  en parlant de contenu de valise… Foncez sur son blog il y a un super concours!!!)

 

make-my-lemonade-les-gens-bien-lili-barbery-coulon-5

 

Un bon plan beauté?

Yuzuka; c’est un institut de massage hyper réussi qui propose des soins d’une heure à 70 euros. C’est beaucoup moins cher que dans les autres instituts parisiens. Et les masseuses sont tops, comme la déco.  Yuzuka,  62 avenue Bosquet, 75007 Paris.Et la parapharmacie de la rue du Four, toutes les américaines viennent y acheter du Avène et de la Roche Posay car ils cassent les prix City Pharma, 26 rue du four, 75006 Paris.

 Un bon plan Shopping?

Je ne suis pas une dingue de shopping, je vais toujours dans les mêmes boutiques, j’adore Merci mais on ne peut pas dire que ce soit un bon plan, car tout est plutôt cher, j’adore Astier de Villatte mais c’est pareil, c’est assez ruineux. Sans parler du Bon Marché qui reste mon grand magasin préféré à Paris. En ce moment, rien que pour le plaisir, il faut aller voir la boutique Ventilo 7 quai Voltaire et la boutique Chez Moi Paris rue Hérold (bien qu’il soit fermé je crois cet été); deux concept stores d’un nouveau genre car on a l’impression d’être chez quelqu’un. D’ailleurs pour Chez Moi Paris, ça n’est pas une impression! Et puis, pour les petits gadgets derrière la caisse et la sélection de livres impeccable, je continue d’aller chez Colette, ça me rappelle de bons souvenirs. Plus loin de chez moi, il y a la librairie 0.F.R qui est vraiment parfaite quand on aime la mode, la photo et le design, sans parler des propriétaires qui sont géniaux. 

 Un Bon plan pour dîner entre potes?

Je sèche! J’aime recevoir les potes à la maison, j’adore organiser des diners, j’en fais tout le temps. C’est un plaisir de préparer ma table, d’essayer des recettes, de les voir réunis, heureux. J’adore ça.

 Un Bon plan pour dîner en amoureux?

Guilo Guilo, c’est un japonais exceptionnel, on voyage, on s’envole, on est loin… Guilo Guilo, 8 Rue Garreau, 75018 Paris.