Hello à tous !

Aujourd’hui j’aimerais que l’on parle du fait de sortir de sa zone de confort !

Je prépare pour la semaine prochaine des articles qui devraient vous plaire pour une semaine spéciale business ! Et en préparant l’article “look” je me suis mise dans des positions assez délicates… Je vous en parle maintenant, car cela ne sera pas le propos la semaine prochaine !

Mais l’idée est de vous montrer comment s’habiller pour aller à un entretien, un rendez-vous, etc… Rien de bien fou mais vous verrez le style change en fonction du domaine de compétence dans lequel on travaille. Après c’est certain, chacun fait ce qu’il veut, mais encore faut-il avoir assez confiance en soi pour oser tout de suite. Vous devez me trouver bien timorée mais la vérité est que depuis que je vous ai rencontrées au lemonade shop et écoutées, je me suis rendue compte d’une réalité que j’avais tenté d’occulter : comment s’habiller au travail.

Non je ne vais pas au bureau nue, mais depuis que je travaille à mon compte, je ne connais plus ce genre de problèmes.

Pour tout vous raconter, j’ai un souvenir marquant de mes jeunes années, lorsque j’ai bossé un été à la banque. Je vous laisse digérer l’information. Et bien cela a été compliqué de rentrer dans le moule, tous mes collègues me regardaient médusés chaque matin. Je me souviens d’un jour où j’avais fait fort, je portais mon sarouel noir Be you (k) -vous vous souvenez de cette marque ?- une queue de pie et des boots toutes molles blanches. Dis comme ça, cela n’a pas l’air réussi, mais je vous assure que c’était très cool. Et bien à la banque, ils m’ont demandé de rentrer chez moi pour me changer à la pause déjeuner. L’humiliation. À l’époque, comme aujourd’hui, je n’aimais pas le conflit et là je m’étais complètement écrasée. Je n’avais pas fait de vagues et j’étais rentrée chez mes parents trouver des vêtements « normaux ». Je suis revenue en jean et en Converse. Raté. J’avais à peine 18 ans à l’époque et on avait complètement oublié de m’inculquer les “principes de base” de l’habillement.  Le jean, c’est presque péché, c’est le « friday wear » comprenez : on se « déride » si on vous autorise à le porter le vendredi, jour proche du week-end, moment où vous pourrez retrouver votre libre arbitre… Bref.

J’ai travaillé là-bas 1 mois. Mais j’ai le souvenir de m’être pris la tête chaque matin sur comment j’allais m’habiller, un peu comme avant un date mais sans happy end à la clef. Et je me revois ouvrir les placards de ma mère à la recherche d’un peu de gris, ou de noir… Quel calvaire. Et bien je me dis qu’à la longue, si j’étais restée à la banque, sur un concours de circonstances terribles, peut-être que je me serais un peu éteinte, en essayant tant bien que mal de trouver des stratagèmes pour contourner les règles. Ou peut-être que non, parce qu’à l’époque je n’avais pas l’assurance de certains jours que j’ai pu ressentir en me sentant bien dans mes vêtements. À force d’expérimentations, je pense que « m’habiller » m’a libérée, et m’a permis de me trouver. 

Bref je ne dis pas que porter des couleurs dingues et des motifs géants doit être une forme de résistance. Mais que de porter des vêtements qui vous ressemblent peut être une forme d’expression et de liberté. J’ai donc été surprise quand vous vous demandiez si vous pourriez porter telle ou telle pièce pour aller bosser. Surprise, car je ne m’étais plus posée cette question depuis longtemps mais finalement je vous comprends tellement. Et je trouve cela dommage de devoir se poser cette question tout simple : “Puis-je porter cela au boulot ?” alors que cela ne devrait pas être le cas. À moi de vous poser en retour cette question: comment faites-vous pour résister et/ou contourner les règles ?

Aujourd’hui je porte un manteau jaune Tara Jarmon, une jupe en maille Marie Sixtine, un body Petit Bateau, des boots Made by Sarenza et un sac vintage ! Je vous embrasse !

Merci à Olitax pour les photos !